8 avril 2008

LA CAMIONNETTE QUE BILL BAKER A PRÊTÉE À COFFIN










La camionnette que Bill Baker a prêtée à Coffin. D'un fossé à l'autre, de Gaspé à Montréal, elle a été finalement emboutie par un tramway.

Centre d'archives de la Gaspésie/Musée de la Gaspésie. P123 Fonds Georges-Étienne Blanchard. Boîte 1.

7 commentaires:

Anonyme a dit...

Qu'est-ce que c'est que cette histoire de "emboutie par un tramway" ?

François Gagnon, Mtl

Clément Fortin a dit...

C'est vraiment ce qui est arrivé. Dans mon livre L'affaire Coffin: une supercherie? j'expose ce fait dans le détail.

Anonyme a dit...

Après ça les défenseurs de Coffin nous le présentent comme un ange. Il vole aux Américains jusqu'à leur nourriture et leurs vêtements! et se saoule jusqu'à faire d'une perte totale la camionnette de son ami. Dans votre livre, vous laissez entendre qu'il n'avait même pas dit à Baker qu'il partait pour Montréal.

Clément Fortin a dit...

Selon son témoignage, Baker a appris que Coffin s’était rendu à Montréal avec sa camionnette que lorsqu’on l’a informé de l’accident. C'est ce fait que je rapporte dans mon livre.

A Mercier a dit...

Message to Mr. Fortin.

If that is what you reported in your book, then I suggest that you check the facts. I am referring to the taking of the truck to Montreal, and when Mr. Baker found out, and how he found out. You are quite incorrect.

If you check with Lew Stoddard at http://stoddardsviews.blogspot.com he can bring you up to date with "facts" that he can prove.

As you are no doubt aware, nothing gets published on that web site unless it can be backed up with documentation. I suggest that you contact him.

A Mercier
Quebec

Anonyme a dit...

Me Fortin :
J'ai lu votre livre, félicitations, et j'ai relu J'accuse les assassins de Cofin", que j'avais lu à l'époque.
Ce qui me renverse le plus, c'est toutes les choses - IMPORTANTES - que Jacques Hébert ne dit pas.
Il ne dit rien par exemple, du voyage de "fossé en fossé" de Coffin, rien de la collision avec le tramway, rien du fait qu'il était parti pour Montréal sans avertir son ami Baker, rien de toutes ces petites choses qui sans prouver la culpabilité de Coffin nous autorisent à penser qu'il n'était pas très crédible, tout comme d'ailleurs Jacques Hébert.

Anonyme a dit...

Pour faire suite au commentaire précédent, qu'on me permette de souligner un fait soigneusement mis de côté par ce rusé de Jacques Hébert. Ce fait, c'est le témoignage lourd de conséquences livré contre Coffin par nulle autre que sa maîtresse. Confrontée bien contre son gré à la déclaration judiciaire qu'elle avait signée un an plus tôt, Madame Petrie a dû reconnaître que Coffin ne lui avait jamais dit avoir vu d'autres Américains que les trois chasseurs de Pennsylvania. Ce témoignage, comme nous le montre votre livre, M. Fortin, est un des temps forts du procès. Et pourtant personne avant vous n'en a jamais parlé. Jacques Hébert n'a parlé que de ce qu'il voulait bien parler.
J. Poirier, Laval