20 mars 2014

UNE HISTOIRE À SUIVRE Bulletin de la Société d'histoire de la Rivière-du-Nord invitation à une activité littéraire le 3 juin 2014


UNE HISTOIRE À SUIVRE
 
Le bulletin semestriel de la Société d'histoire de la Rivièrep-du-Nord, mars 2014
 
 




IN





Un avocat demande de gracier Wilbert Coffin Le Soleil 5 mars 2014 Gilles Gagnée

Voici un article de Gilles Gagné paru dans Le Soleil du 5 mars 2014:

6 mars 2014

L'Affaire Coffin refait surface par Thierry Haroun





 
 
 
L'Affaire Coffin refait surface
Par: Thierry Haroun le mercredi, 05 mars 2014
 
Lisez la nouvelle en cliquant sur le lien suivant:
 

5 mars 2014

Wilbert Coffin Sa grâce mettrait fin à cette très triste affaire La Voix de la Matanie

 
 
 
 
 
Wilbert Coffin

Sa grâce mettrait fin à cette très triste affaire

Meurtres en Gaspésie en 1953: un avocat demande de «gracier» Wilbert Coffin



Publié le 05 mars 2014 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

Meurtres en Gaspésie en 1953: un avocat demande de «gracier» Wilbert Coffin

Gilles Gagné
Collaboration spéciale
Le Soleil


http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/

4 mars 2014

Request to Peter MacKay and Steven Blaney asking them to pardon Wilbert Coffin

Request to Peter MacKay and Steven Blaney asking them to pardon Wilbert Coffin 
 





Saint-Sauveur, March 4, 2014

 

Request addressed to the honourable Peter Gordon MacKay, Minister of Justice and Attorney General of Canada and the Honourable Steven Blaney, Minister of Public Safety and Emergency Preparedness asking them to pardon Wilbert Coffin

The conclusions[i] I arrived at in a study that I have made of Wilbert Coffin’s trial before the Court of Queen’s Bench, in Percé, in 1954, along with those of the Brossard[ii] Commission of Inquiry on the Coffin Affair, in 1964, do not, in my view, permit to clear Coffin’s name. However, to accomplish, even partially, the promises that many members of parliament have made to the Coffin family, a pardon granted to Wilbert Coffin would close this very sad affair.

The following motion was adopted by the Standing Committee on Justice and Human Rights, requesting the Criminal Conviction Review Group to examine the Coffin affair. This motion was adopted by Parliament on February 6, 2007. 

Pursuant to Standing Order 108(2), and a motion adopted by the Committee on Wednesday, November 1, 2006, your Committee recommends:

Whereas 2006 marks the 50th  anniversary of the execution of Wilbert Coffin.

Whereas several observers, including former journalist and Senator Jacques Hébert, have shed light on irregularities surrounding the accusation, conviction and execution of Wilbert Coffin.

Whereas Wilbert Coffin’s sister, Mary Coffin, and his son Jimmy Coffin are seeking an official judicial review under Part XXI.I of the Criminal Code.

That the government act with diligence and speed in the matter of the late Wilbert Coffin.

To date, the Criminal Conviction Review Group, then under the responsibility of Mr. Kerry Scullion, lawyer, has not filed its report. This file has more than twenty thousand pages. It does not appear realistic to rely on a committee to make a thorough study of this affair. The knowledge of French and English is necessary. I tried to be of some help in translating the six hundred ninety three page Brossard report which I posted on my blog.

 Ms Elizabeth Widner, the lawyer who then represented The Association of the Wrongly Convicted and its subsidiary in Montreal has not pursued her action. Le Comité des erreurs judiciaires (The Committee of Miscarriage of Justice), which was its subsidiary at the Université de Montréal, ceased its research. (This Committee has become  « Le regroupement Projet Innocence Montréal – Université de Montréal).

Projet Innocence Québec, Université du Québec à Montréal, then under the responsibility of Ms Lida Sara Nouraie, lawyer, took charge of this file, but has not yet filed a report.

Several members of parliament, conservative, liberal, NDP and bloquiste, have pledged their support to the Coffin family. I refer you to my blog where I have compiled what they have said about the Coffin case. Those members are Steven Blaney[iii], Joe Comartin, Marlene Jennings, Raynald Blais, Rénald Ménard, Michael Ignatieff[iv] Dominique Leblanc[v] and JustinTrudeau[vi].

I believe that the Government of Canada may legitimately grant pardon to Wilbert Coffin on the basis of the following facts: Before the killing of the American bear hunters, according to the testimony of McCallum, in the Court of Queen's Bench, Coffin had bought half a dozen bottles of beer. He drank one in the presence of McCallum[vii]. He asked that the others be placed in a bag so that he could bring them with him.  Although Justice Lacroix, in his address, said that he was not convinced that the evidence revealed that the accused had abused of alcohol in the last hours he was seen with the young Lindsay, he suggested to the jury the possibility of a verdict of manslaughter[viii]. Nothing tells us, however, in which state Coffin was when he bought the beer bottles and how much he drank before committing his crime. In this regard, Marion Petrie, the mistress of Wilbert Coffin said in her statement on August 6, 1953: " Wilbert was almost always drunk when he was at home ..." It would be reasonable to believe that if the jury had been informed that the accused so indulged in alcohol,  they would have returned a verdict of manslaughter.

Today, in such circumstances, the defense would likely invoke the following reasons: Coffin participated in the Italian Campaign. His behavior may be due to a post-traumatic stress caused by the war. Upon his return, there is evidence that he drank a lot. In a report from sergeant Doyon of the Sûreté du Québec, we read:  “I recently learned from Donald Coffin, brother of Wilbert, and this, quite recently, that Wilbert had been drinking for about a month and a half before the arrival of the three American hunters. And while he was in that state, Donald added that Wilbert was a very wild guy, to the extent that his brother had to keep watch over him; because, as Donald said, Wilbert then could do anything, and that, since his return from overseas, where he had been at the front for five years.” Before the Brossard Commission, Donald Coffin believed rather that his brother drank all through one week.

It is known that alcoholism often leads to denial. Until his hanging, Coffin proclaimed his innocence. Personally, during my research to write my docu-novel, it often crossed my mind that Coffin was a "victim" of the war.

By pardoning Coffin, the Canadian Parliament will accomplish the promises made to the Coffin family by many of its members and put an end to what is still known as the greatest miscarriage of justice in Canada.

 

Clément Fortin, retired lawyer,

40, de la Marquise Street,

Saint- Sauveur ( Quebec ) J0R 1R4

450 227 5044





[i] Clément Fortin L’affaire Coffin: une supercherie? Wilson & Lafleur, Montréal, 1907. Since my book was not translated, English-speaking Canada is still under the influence of the late Senator Jacques Hébert’s book I Accuse the Assassins of Coffin published in 1964. Sadly, my publisher did not qualify for a grant from the Canada Council for the Arts for the translation of my book.
[ii] Rapport de la Commission d’enquête Brossard sur l’affaire Coffin, Province de Québec, 27 novembre 1964 (Report of the Brossard Commission of Enquiry on the Coffin Affair) Unfortunately, this report is not available  in English. I refer you to my blog for my translation.
Read on my blog the transcripts of the remarks those members of Parliament made before the Standing Committee on Justice and Human rights, that looked into the fate of the Coffin Affair, on the 50th anniversary of his execution.
[vii] Clément Fortin, ibid.,  p. 208
[viii] Clément Fortin, ibid., p. 362 ... and I add, with the strong reserves that I have made, that if you are under the impression, after having heard the testimony of McCallun, not that Coffin bought beer, but that he drank one bottle, provided of course that you believe beyond a reasonable doubt that it was he who committed the crime, and that he drank beer purchased from McCallum before doing so, in this case only, based on proof, you might consider a verdict of manslaughter.
 

Requête à Peter MacKay et Steven Blaney leur demandant de gracier Wilbert Coffin


Requête à Peter MacKay et Steven Blaney leur demandant de gracier Wilbert Coffin

Saint-Sauveur, 4 mars 2014

 

 
Requête adressée à l’honorable Peter Gordon MacKay, ministre de la Justice et Procureur général du Canada et l’honorable Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique leur demandant de gracier Wilbert Coffin

Les conclusions d’une étude[i]  que j’ai faite du procès de Wilbert Coffin devant la Cour du banc de la reine, à Percé, en 1954, et les conclusions de la Commission Brossard[ii], tenue en 1964, ne permettent pas, selon moi, d’innocenter Coffin. Cependant, pour accomplir ne serait-ce que partiellement les promesses que plusieurs députés fédéraux ont faites à la famille Coffin, la grâce accordée à Wilbert Coffin mettrait fin à cette très triste affaire.

Voici les motifs qui m’incitent à formuler cette demande : une motion a été présentée au Comité permanent de la justice et des droits de la personne demandant au Groupe de révisions des condamnations criminelles d’analyser l’affaire Coffin. Cette motion a été adoptée par le parlement, le 6 février 2007 :

Conformément à l’article 108(2) du Règlement et la motion adoptée par le Comité le mercredi 1er novembre 2006, votre Comité recommande :

Attendu que 2006 marque le 50e anniversaire de l’exécution de Wilbert Coffin.

Attendu que plusieurs observateurs, dont l’ex-journaliste et sénateur Jacques Hébert, ont mis à jour les irrégularités qui ont entouré la mise en accusation, la condamnation et l’exécution de Wilbert Coffin.

Attendu que la sœur de Wilbert Coffin, Mary Coffin, et le fils de Coffin, Jimmy Coffin, souhaitent que le processus formel de révision judiciaire soit engagé en vertu de la partie XXI.I du Code criminel.

Que le gouvernement agisse avec diligence et célérité dans le dossier de feu Wilbert Coffin.

À ce jour, le Groupe de révisions des condamnations criminelles, alors sous la responsabilité de Me  Kerry Scullion, avocat, n’a pas produit de rapport. Ce dossier comprend plus de vingt mille pages. Il ne m’apparaît pas réaliste de compter sur un comité pour en faire une étude approfondie. Sa lecture demande de maîtriser le français et l’anglais. Pour aider la cause, j’ai traduit en anglais le rapport de quelque six cent pages de la Commission Brossard que je rends accessible sur mon blogue.

Me Élizabeth Widner[iii], l’avocate qui représentait, alors,  The Association in Defence of the Wrongly Convicted, n’a pas poursuivi ses démarches. Le Comité des erreurs judiciaires, qui était, à l’époque, sa filiale à l’Université de Montréal, a abandonné ses recherches. (Ce comité est devenu le Regroupement Projet Innocence Montréal – Université de Montréal).

Projet Innocence Québec, Université du Québec à Montréal, à l’époque, sous la responsabilité de Me Lida Sara Nouraie, avocate, avait pris en charge le dossier, mais n’a pas produit de rapport.

Plusieurs députés fédéraux conservateurs, libéraux, néo-démocrates et bloquistes ont promis leur appui à la famille Coffin. Je vous réfère à mon blogue, sur lequel j’ai compilé les propos qu’ils ont tenus au sujet de l’affaire Coffin. Ces députés sont Steven Blaney , Joe Comartin[iv], Marlene Jennings, Raynald Blais, Rénald Ménard , Michael Ignatieff[v] Dominique Leblanc et Justin Trudeau[vi].

Je suis d’avis que le gouvernement du Canada peut légitimement accorder cette grâce à Wilbert Coffin, sur le fondement des faits suivants : avant la commission du crime, selon le témoignage de McCallum devant la Cour du banc de la reine, Coffin avait acheté une demi-douzaine de bouteilles de bière. Il en a bu une en présence de McCallum[vii]. Il a demandé à ce que les autres soient mises dans un sac, pour qu’il les apporte.  Quoique le juge Lacroix, dans son exposé au jury, ait dit ne pas être « convaincu que la preuve révèle un usage abusif d’alcool chez l’accusé dans les dernières heures où on le voit avec le jeune Lindsay», il lui a suggéré la possibilité d’un verdict de manslaughter[viii] . Rien ne nous dit cependant dans quel état Coffin était au moment où il a acheté ces bouteilles de bière, et combien il en a bu avant de commettre son forfait. À ce propos, Marion Petrie, la maîtresse de Wilbert Coffin, déclare, dans sa déposition du 6 août 1953: « Wilbert était presque toujours ivre lorsqu’il était à la maison… » Il serait raisonnable de croire que si les jurés avaient été mis au courant des abus de boisson que Coffin commettait, ils auraient rendu un verdict de  manslaughter.

 Aujourd’hui, dans pareilles circonstances, la défense invoquerait vraisemblablement les motifs suivants : Coffin a fait la campagne d’Italie. Il souffrait peut-être d’un stress post-traumatique causé par la guerre. À son retour, il est prouvé qu’il buvait beaucoup. Dans un rapport du sergent Doyon de la Sûreté du Québec, on lit ceci : « J’ai appris dernièrement de Donald Coffin, le frère de Wilbert, et ceci, tout récemment, que Wilbert avait bu pendant environ un mois et demi avant l’arrivée des trois chasseurs américains. Et quand il était dans cet état, Donald a ajouté que Wilbert était « a very wild guy » (un homme très violent),  et il devait le surveiller parce que, m’a dit Donald, Wilbert pouvait faire n’importe quoi, et cela, depuis son retour d’Europe, où il a été au front pendant cinq ans. » Devant la Commission Brossard, Donald Coffin a plutôt dit croire que son frère avait bu toute une semaine.

Il est connu que l’alcoolisme mène souvent au déni de la réalité. Jusqu’à sa  pendaison, Coffin a proclamé son innocence. Personnellement, au cours de mes recherches pour écrire mon docu-roman, il me venait souvent à l’esprit que Coffin était une « victime » de la guerre.

En graciant Coffin, le Parlement canadien accomplira les promesses faites par plusieurs de ses députés à la famille Coffin et mettra fin à ce qui a toujours été perçu comme la plus grande erreur judiciaire au Canada.
 

Me Clément Fortin, avocat à la retraite

40, rue de la Marquise

Saint-Sauveur (Québec) J0R 1R4   Tél. 450 227 5044


 

 



[i] Clément Fortin L’affaire Coffin: une supercherie?, Wilson & Lafleur, Montréal, 2007
[ii] Rapport de la Commission d’enquête Brossard sur l’affaire Coffin, Province Québec, 27 novembre 1964
Lisez sur mon blogue, les transcriptions des propos que les députés ont tenus au  Comité permanent sur la justice et les droits et libertés de la personne, qui s’est penché sur le sort de Wilbert Coffin, à l’occasion du 50e  anniversaire de son exécution.
[vii] Clément Fortin, ibid.,  p. 208
[viii] Clément Fortin, ibid., p. 362 … et j’ajoute, avec les fortes réserves que j’ai faites, que si vous avez l’impression, d’après le témoignage de McCallum, non pas que Coffin a acheté de la bière, mais qu’il en a  bu, à la condition évidemment que vous croyiez hors de tout doute raisonnable que c’est lui qui a commis l’acte, et qu’il avait bu de la bière achetée de McCallum avant de le faire, dans ce cas-là uniquement, vous basant sur la preuve, vous pourriez considérer un verdict de manslaughter. »