6 juin 2015

L'affaire Cordélia Viau la vraie histoire par Clément Fortin en format numérique sur Amazon


http://www.amazon.ca/Laffaire-Cord%C3%A9lia-Viau-histoire-Docu-roman/dp/2896891471/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1433615640&sr=1-1

L'affaire Coffin: une supercherie en format numérique sur la Boutique Kindle d'Amazon





Publié le 6 juin 2015


L'affaire Coffin: une supercherie maintenant disponible en format numérique sur la Boutique Kindle d'Amazon


Cliquez sur ce lien:






Juillet 1953, dans la forêt gaspésienne, à une cinquantaine de milles de Gaspé, on retrouve les squelettes de trois chasseurs américains. Originaires de Pennsylvanie, ils étaient venus chasser l’ours. On croit que Wilbert Coffin, un prospecteur, a été la dernière personne à les avoir vus. La police n’a pas tardé à l’écrouer. À l’issue de l’enquête du coroner, on le tient criminellement responsable de la mort des chasseurs. L’enquête préliminaire convainc le juge qu’il y a matière à procès et l’envoie devant la Cour du banc de la reine. La poursuite consacre une année à se préparer. Le public s’impatiente. Le département du Procureur général décide de tenir une session extraordinaire de la cour du banc de la reine en juillet 1954 pour entendre la cause de Coffin.
Au moment où on instruit cette cause, l’Union nationale gouverne le Québec. Maurice Duplessis cumule les fonctions de premier ministre et de procureur général. Ses ennemis n’ont pas oublié la loi du cadenas et la grève de l’amiante. Ils ne tardent pas à saisir cette occasion pour lui manifester encore une fois leur hostilité. Ce procès revêt des dimensions internationales. Cette affaire met aux abois le monde diplomatique.
Des deux côtés de la frontière, on publie des articles diffamatoires. L’occasion est propice pour certains de se faire connaître en écrivant des brûlots qui ravissent un public avide d’histoires sordides. Le procès n’a pas encore eu lieu qu’on accuse Duplessis de chercher à tout prix un coupable pour sauver l’industrie touristique de la Gaspésie.


6 avril 2015

Mesrine le tueur de Percé en format numérique sur la Boutique Kindle d'Amazon


Mesrine le tueur de Percé - Une fraude judiciaire maintenant disponible en format numérique sur la Boutique Kindle d'Amazon
  
Image result for jacques mesrine photos


Cliquez sur la couverture.

Product Details

Un chapitre inédit
sur la vie de Jacques Mesrine

 Montréal,  avril 2015

Enfin, Mesrine le tueur de Percé – Une fraude judiciaire est disponible en format numérique sur la Boutique Kindle d’Amazon : http://www.amazon.com/dp/B00VIKZTLQ  L’écrivain et avocat à la retraite Clément Fortin raconte dans son docu-roman un épisode inédit du séjour de Jacques Mesrine au Québec, en 1969. L’histoire dont il est question, qui a mené à un procès jugé inéquitable selon son auteur, se veut un complément aux deux films produits en 2008 sur ce truand notoire : L’instinct de mort et L’ennemi public numéro 1. On a escamoté le séjour de Mesrine au Québec non par manque d’argent, mais pour ne pas nuire à l’image du héros en montrant qu’il a kidnappé un handicapé, tué une  femme de l’âge de sa mère et raté son évasion de la prison de Percé.
Dans son livre captivant et bien ficelé, Clément Fortin relate les péripéties de Jacques Mesrine et de sa concubine d’alors, Jeanne Schneider. Le couple est en fuite à Percé, en Gaspésie, pour échapper aux autorités policières qui les recherchent pour avoir kidnappé le millionnaire Georges Deslauriers.



 L’histoire tourne autour du motel Les Trois Soeurs et de son aubergiste, Évelyne Le Bouthillier, assassinée le 29 juin 1969. Or, Mesrine et sa compagne ont dormi quelques nuits dans cet établissement. On y relève leurs empreintes sur un verre et un cendrier de la victime. Dès leur retour des États-Unis, ils seront accusés de meurtre. Pendant son procès, Mesrine multiplie les «esclandres» dignes des plus grands manipulateurs, si bien qu’il réussira à berner les membres du jury, et à être acquitté.
Au premier chef de cette «fraude judiciaire» se trouve l’avocat criminaliste Raymond Daoust, considéré comme l’un des meilleurs de la profession à l’époque, pour avoir défendu avec brio plusieurs membres de la pègre québécoise. Ses nombreuses tactiques pour discréditer les témoins portent ses fruits, sans compter qu’entre Mesrine et Daoust se révèle une accointance à la fois efficace et dévastatrice. «Mon livre rapporte des faits qui sont demeurés inconnus du grand public», confirme l'auteur, un ancien professeur agrégé de l’Université de Sherbrooke. Cet ouvrage passionnera ceux et celles qui s’intéressent à l’un des plus grands bandits qu’a enfanté le 20e siècle.

 Contact :
Clément Fortin

Tél. 450 227-5044

http://fortinclement.blogspot.com

 

 

 

 

 

29 décembre 2014

L'affaire Dupont par Éric Veillette

 
L'AFFAIRE DUPONT PAR ÉRIC VEILLETTE
 

Éric Veillette consacre son blogue à l'étude approfondie d'affaires judiciaires. Dans son ouvrage L'affaire Dupont, Éric Veillette fait une étude exhaustive d'une affaire, qui a suscité et qui suscitera encore longtemps la controverse, en se fondant uniquement sur les preuves qui ont été soumises au jury selon les règles de la preuve. Ce faisant, il donne à son ouvrage une valeur incontestable. Je vous invite à lire ce livre et à visiter son blogue en cliquant sur le lien suivant:
 
 

24 septembre 2014

Réponse du premier ministre Harper à la demande de gracier Wilbert Coffin - Prime Minister Harper's answer to request to grand a pardon to Wilbert Coffin

 
 
 
Réponse du premier ministre Harper à la demande de gracier Wilbert Coffin
 
Prime Minister Harper's answer to request to grant a pardon to Wilbert Coffin
 

3 septembre 2014

Clément Fortin demande au premier ministre Harper de gracier Wilbert Coffin Clément Fortin requests the Prime Minister Harper to grant pardon to Wilbert Coffin

Lettre adressée en anglais et en français au premier ministre Harper lui demandant de gracier Wilbert Coffin (Cliquez sur le titre pour lire cette lettre.)

Clément Fortin's reply to Mr. Scullion letter of May 15, 2014 regardin his request for Coffin's pardon









Clément Fortin's reply to Mr. Scullion's letter of May 15, 2014
Saint-Sauveur, May 22nd, 2014

 

Mr. Kerry Scullion, Director/General Counsel

Criminal Conviction Review Group

284 Wellington Street

Ottawa, Ontario

K1A 0H8

                   Re. Wilbert Coffin – Request for pardon

Dear Mr. Scullion

Many thanks for your reply dated May 15, 2014.

In my request for Coffin’s pardon, I mentioned post-traumatic stress and abuse of alcohol as examples of the changes that have taken place in the means of defense that accused may invoke since Coffin's trial was held. But if the impossible were to happen and Coffin's trial were held today, such facts would certainly be introduced as evidence

Having addressed my request to the Minister of Justice and the Minister of Public Safety, I was expecting an answer from them telling me that they launched the process whereby pardon may be granted posthumously to Wilbert Coffin for his criminal conviction of the murder of Richard Lindsey.

Under the Royal Prerogative of Mercy, the Queen has granted a posthumous pardon to Alan Turing convicted of gross indecency. In the maze of Canadian laws and regulations you could surely find a way to achieve the same result in favor of Wilbert Coffin. I hoped that you would help me in seeking Coffin's pardon, and that you should find a way to convince your superiors of the necessity and humane generosity of such a deed.

I do not think that the Coffin family cares about what Ministers are empowered to grant pardon to their beloved one. Let me

 

2

remind you that many politicians, including the current Minister of Public Safety, pledged support to the Coffin family. Marie Coffin, Wilbert's sister, believed their promises and went around the Gaspé Peninsula selling calendars in the hope that the money she collected would help her brother's case.

Furthermore, it seems preposterous that Crown Ministers would have to wait for a submission from The Association in Defence of the Wrongly Convicted (AIDWYC) to exercise their powers when they know it will never come.

If the Minister of Justice and the Minister of Public Safety tell me that they do not receive my request, I will ask the Prime Minister. In the negative, as a last resort, I will implore the representative of the Queen in Canada.

This affair has been dragging on for more than seven years and thanks to your help it may now come to fruition.

I am sending a copy of your letter and of this letter to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness asking them again to reply to my request.

Yours truly,

Clément Fortin, retired lawyer

40 de la Marquise Street

Saint-Sauveur (Québec) J0R 1R4