1 janvier 2019

British Genes in the Genome of French Canadians : a Riddle of Genetic Genealogy By Clément Fortin, retired attorney at law


British Genes in the Genome of French Canadians : a Riddle of Genetic Genealogy



By Clément Fortin, retired attorney at law



The following article is a translation of Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique published in La Mémoire, the magazine of the Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut,  Winter 2018, Number 147.





By Clément Fortin, retired attorney at law



            On YouTube, a French Canadian describes, in English, his DNA results that he just received from MyHeritage. To his dismay, he discovers that his ascendants are everyone but French. I let you enjoy watching him discovering his genetic  origins in clicking on this link: https://www.youtube.com/watch?v=D826Fpu62X4

            Genetics captivates me. First, as a lawyer, I salute an effective way to ferret out assassins. And historically, the search for fossil DNA facilitates the discovery of the origins of the man of Neanderthal and of the modern man. Finally, with a little saliva, I discovered my genetic background.

            On the 25th of April 1953, James Watson and Francis Crick published in the magazine NATURE a one-page article establishing the structure of the DNA double helix. They were granted a Nobel prize. Almost 50 years later, the human genome was decoded. What a giant step their discovery has offered humanity!





            While surfing on the Web, I came across an interesting offer of a DNA test  by MyHeritage. Curiosity induced me to live that experience. A few weeks later, I received these surprising results. I was informed that I am:

63 % English

19.3 % Iberian

15.5 % Greek

2.2 % of the Balkans (Hungary, Romania, Bulgaria and Bosnia and Herzegovina).

            There is no doubt that I am of French descent. This is confirmed by the genealogy of my maternal and paternal families. But we do not know what the collaterals reserve for us as a surprise.

            Quebec is a land of welcome. For example, in 1811, Mgr. Joseph-Octave Plessis, bishop of Quebec, went by boat to Matane, my hometown, to make his pastoral visit. He observed with admiration Micmacs, Canadians, Acadians, Scots, Germans, Irish and Anglo-Americans live in perfect harmony. He found it remarkable to hear the same person speaks three or four languages.

               Continuing my research on the Web, I took note of a study conducted by the Fédération des Québécois de souche (Federation of Quebecers of Ancestral Origin)  that comments the DNA analyses made by 23andMe[i], a genetics laboratory for the general public. I invite you to read this study. You can access it by clicking on the link in footnote 1. I also suggest you read this article Le patrimoine génétique germanique des Québécois [ii] (The Genetic and Germanic Heritage of Quebecers) by Christian Allen Drouin whose link will lead you to it in footnote 2, at the end of this document. And you will also like to read an article by Alain Vadeboncoeur entitled "I'm an English, My Dear"[iii]».

               23andMe also offers the opportunity to know our state of health; to learn if we are carriers of genetic disease; to what extent are we likely to suffer from diabetes, Alzheimer's, etc. For now, I'm sticking to genetic genealogy.  All things considered, I gave in to the temptation to undergo a DNA test offered by 23andMe whose report provides a lot of information on each of the ethnic groups analyzed. I extracted the ones that seemed most pertinent to me.

European 98.2% North-West European 87.2%

French and German 48.1%

The "French and Germans" descend from ancient Celtic and Germanic alpine populations and inhabit a region stretching from the Netherlands to Austria, which is roughly the extent of Charlemagne's Frankish Kingdom in the Middle Ages. Estimates place Charlemagne himself in the genealogical trees of all modern Europeans, perhaps several times. Genetically and geographically, the French and the Germans are at the heart of Europe.

Native American 0.6%

British and Irish 20.0%

Widely Northwestern Europe 19.0%

Southern European 6.9%

Iberian 5.4%

Largely Southern European 1.5%

Largely European 4.1%

East Asian and Native American 0.7%

The first humans to reach the New World populated much of North, Central and South America a few thousand years after their arrival from Northeast Asia and the genetic legacy of these prehistoric pioneers persists to date among the indigenous people of the Americas. In North America, however, Native American ancestry tends to be only five generations or more, leaving little DNA evidence of this heritage.

Middle East and North Africa 0.2%

The people of West Asia and North Africa have not only genetic links, but also deep linguistic links with each other.

Mostly from East Asia and Amerindian <0 .1="" span="">

The people of East Asia and the Americas have a common genetic history. Their common ancestors left Western Asia 80,000 years ago, migrating eastward across the continent. The ancestors of the Amerindians began crossing the Americas 12,000 to 15,000 years ago.

Neanderthal Descent

You have fewer Neanderthal variants than 80% of 23andMe customers. However, your Neanderthal ancestry accounts for less than 4% of your overall DNA.





A reconstruction of the Neanderthal man and woman



Your maternal haplogroup[iv] is H1c

Your paternal haplogroup is R-P311

            You share a paternal ancestor with Niall of the nine hostages. The spread of haplogroup R-M269 in Northern Ireland and Scotland was probably favoured by men like Niall of the nine hostages. Perhaps more a myth than a man, Niall of the nine hostages would have been a king of Tara in Northwestern Ireland at the end of the fourth century AD. His name comes from a story of nine hostages he detained from the areas he ruled. Although the legendary stories of his life were invented hundreds of years after his death, genetic evidence suggests that the Uí Néill dynasty, whose name means "descendants of Niall", refers only to a man who wore a branch of haplogroup R-M269. The Uí Néill reigned as kings of Ireland from the seventh to the eleventh century AD. In the very patriarchal society of medieval Ireland, their status allowed them to have a large number of children and to perpetuate their paternal lineage. In fact, researchers estimated that between 2 and 3 million men with roots in Northwestern Ireland are descendants of Niall.

      

                  At first glance, these results from 23andMe seem closer to my reality. Nevertheless, I am surprised that I am awarded 19 % under "Widely Northwestern Europe" without more precision. This part of Europe stretches from Northern Ireland to Northern Norway to Finland and France to the south.

                  As I continue my research, I learn that AncestryDNA has larger databases that would enlighten me on this topic. You have no doubt realized that the results of DNA tests are dependent on the information obtained from the laboratories' databases. I gave a sample of my saliva to AncestryDNA with the following results and comments:

      Great Britain (England, Scotland, Wales) 34%

      Ireland / Scotland / Wales 29%

      (Note: If you add 34% + 29%, you get 63%, which is the same percentage as in the MyHeritage test, each lab has its own terminology.)

      Iberian Peninsula (Spain and Portugal) 18%

      The Greeks named this region "Iberia" after the river Ebro. The Romans, who called this region Hispania, introduced Christianity and Latin that would be transformed into Spanish and Portuguese. Subsequently, the Moors crossed the Strait of Gibraltar and established on the continent one of the most advanced civilizations, rich in universities, libraries and hospitals. At the collapse of the last Moors' stronghold in 1492, sailors from Spain and Portugal were ready to spread their languages ​​and culture to the world.                                            

      Scandinavia (Sweden, Norway and Denmark) 8%

The Scandinavian adventures, historically known as savvy navigators, put them in touch with much of the rest of Europe, sometimes as feared pirates and at other times as merchants and traders always on the move. The Scandinavian navigator Leif Ericson is the first European to reach North America, 500 years before the first voyage of Columbus in 1492.

Southern Europe (Italy and Greece, mainly) 8%

      Regions with a low confidence index

Middle East (Syria, Iraq, Saudi Arabia, Jordan, Oman, Yemen,

United Arab Emirates (UAE), Lebanon, Israel) 1%

Finland / Northwestern Russia <1 span="">

Caucasus (Armenia, Azerbaijan, Georgia, Iran, Iraq, Syria, Turkey) <1 span="">

Eastern Europe (Poland, Slovakia, Czech Republic, Austria, Russia, Hungary, Slovenia, Romania, Serbia, Ukraine, Byelorussia, Moldova, Lithuania, Latvia, Bosnia and Herzegovina, Croatia) <1 span="">

Migration

French settlers from Gaspésie, New Brunswick and Maine

You probably have relatives who were part of this migration in the last few centuries. Your connection to this migration is probably due to your ancestry in Britain, Ireland, Scotland and Wales.

French settlers along the St. Lawrence River

Many French settlers emigrated to New France to trade in fur. In the wild, they lived surrounded by hostile natives. After the War of the Conquest, the British regarded Canadians as second-class citizens. Many of them fled to New England.



            The above three  tests describe the main elements of my DNA results. I surely did not expect receiving such results. It is for that reason I wanted to compare my DNA test results with those of members of my family. At my instigation, one of my brothers, a first cousin, a sister-in-law and a niece also took DNA tests and got results similar to mine. You will tell me that this is a weak sample. Be that as it may,  I do not pretend to carry a scientific study. However, it shows that my DNA is not exceptional. One could say that my genes are partly Germanic if this appellation had been retained by MyHeritage, 23andMe and AncestryDNA. Finally, if my genes are not French, I'm still from France. That's why I tried to explain this puzzle by reviewing the history of barbarian and Viking invasions. Those who are called barbarians are Germanic people, as are the Vikings. Below, a map tells us that the inhabitants of Northwestern France are Germanic. It is this part of France that my ancestors left to settle in New France.





This map is based on the work of Professor Georges-Alexis Montandon.
 
   In the fifth century, the Romans began to withdraw from the British Isles. See the map b
elow for a migratory influx to England of Angles, Saxons, Jutes and Frisians (Germanic 
people). I add Frisians who seem to be ignored despite the fact that it is from their language
 that Old English draws part of its origins. Several Celts who were there fled to Ireland, 
Scotland, Wales and Brittany. As for the Franks, another Germanic tribe, they invaded Gaul, 
part of which became France.  In his book, The Origins of the British[v], Stephen 
Oppenheimer claims that the Angles and Saxons account for only 5% of the genome of the 
British. They would be of Celtic origin as the Irish, Scots and Welsh.
   In contrast, The Guardian reports that researchers at Oxford University conducted a
 genetic study they published in the journal Nature; it has been spread over 20 years; 
it reveals that 30% of the DNA of white British has a strong Anglo-Saxon influence. 
Although the Romans, Vikings and Normans ruled the British for hundreds of years, 
they left little trace of their DNA, they observed[vi].
   Surprisingly, this study shows that people living in the south and centre of England 
today share, generally speaking, 40 % of their DNA with the French, 11 %  with the 
Danish and 9 % with the Belgians. More than 2000 people have participated in this 
study. The French contribution was not linked to the Norman invasion of 1066, but to
 a wave of migrations until then unknown in Great Britain, some time after the last 
glacial period, nearly 10 000 years ago.









            In the 9th century, the Vikings, in their turn, upset Northwestern European DNA. See the map below which indicates the places they have invaded, Normandy being one of them.







            France was colonized or invaded by Celts, Basques, Greeks, Romans, Franks, Vikings, etc. And it is generally admitted that Northern France is culturally and ethnically closer to Northern Europe. Therefore, is it not a heresy to refer to Quebecers as Latins?

            In France, parental tests may only be authorized by court decisions, and for medical or research purposes. Consequently, French DNA databases are reduced. Review the results I got from 23andMe. My genome would be 48,1 % French and German. However, who knows in what proportion I am one or the other. To submit oneself to a DNA test, also involves the acceptance of flabbergasting results.

               Since the arrival of my ancestors in New France, in the course of the 17th century, populations of Northwestern France have undergone migratory influxes. And one should not be surprised to not being able to find oneself?

               Recreational genomics, as the French call it, is forbidden. However, many  French call upon foreign laboratories for their DNA tests. As time elapses, databases will refine their procedure and be able to offer more precise results. 

                In a few pages, I have barely scratched a difficult subject, but how captivating. I induce you to live this experience. The human genome is a vast domain of study. For example, how our genes do influence our behaviour? Should justice consider the fact that the author of an offence was under the influence of his genome? Are we really free? Would knowing one’s own genetic origins have us envisage the world differently?

Note: For the reproduction of the maps in my text, I did not find to whom I had to address.



[i] Comprendre les tests génétiques : analyse de «23andMe»

[ii] Le patrimoine génétique germanique des Québécois par Christian Allen Drouin

[iii] « I’m an English, my dear » Alain Vadeboncoeur

[iv] Haplogroups are in a way branches of the genealogical tree of modern man. In genetics, a haplogroup is a large group of genes on the same chromosome (haplotypes). There are about 25 haplogroups (A, B, C, etc.), each with its own genetic characteristics. Haplogroups help to understand the geographical movements of men and women over time. The most studied are the Y chromosome haplogroup (men, paternal line) and the mtDNA haplogroup (men and women, maternal line).

16 octobre 2018

Le calvaire de l’écrivain : la correction Par Me Clément Fortin, avocat à la retraite





Le calvaire de l’écrivain : la correction

Par Me Clément Fortin, avocat à la retraite


L’écriture est un long processus qui est suivi de quelques étapes pénibles pour l’auteur ; la correction des épreuves étant la plus désagréable. Souvent, on ne vous soumet pas l’épreuve de votre texte avant de le publier. Ce n’est pas dans les habitudes de notre revue, vous signale-t-on. On vous réserve des surprises. Pire encore, pour le même motif, on refuse de publier un errata dans le prochain numéro.

            Voici quelques perles qui ont surgi dans mes écrits : acception est devenue acceptation ; perpétrer un crime, perpétuer un crime ; procureur de la défense, procureur de la dépense ; un morceau de plancher, un monceau de plancher ; obscuration a été remplacée par obscurcissement. Larousse le définit ainsi : Action d'obscurcir ou fait de s'obscurcir ; état de ce qui est sans clarté : L'obscurcissement de la ville pendant le black-out.

            Durant la Deuxième Guerre mondiale, on a soumis les Gaspésiens à l’obscuration. En France, on a retenu le mot black-out, cependant qu’au Québec on a créé un néologisme dont la définition est « l’élimination totale de toute lumière visible de l’extérieure la nuit par mesure de défense au cours d’une guerre ». Vous trouverez ce québécisme dans le Dictionnaire nord-américain de Louis-Alexandre Bélisle. Cette liste pourrait s’allonger, mais je vous en fais grâce.


            À titre d’avocat, j’avais rédigé tous les documents pertinents à la création d’un organisme sans but lucratif. À mon insu, on les avait corrigés en remplaçant « organisme sans but lucratif » par « organisme  à but non lucratif ». Pourtant, la loi, tant québécoise que fédérale, n’utilise que l’expression « sans but lucratif ». La loi française également. L’expression « à but non lucratif » est contraire au génie de la langue française. On tente d’exprimer un concept en opposant une expression positive  « à but » (absente des dictionnaires) à une expression négative « non lucratif ». Quel charabia!

            Je vous signale que l’Office de la langue française propose les deux expressions. Il faut reconnaitre qu’elle ne prend pas toujours d’heureuses décisions.

Termes privilégiés



organisme sans but lucratif   n. m.
OSBL   n. m.
organisme à but non lucratif   n. m.
OBNL   n. m.

            Pour décrire des réalités du passé québécois, l’usage du Dictionnaire nord-américain de Louis-Alexandre Bélisle, du Glossaire du parler français au Canada et du New Dictionary of Americanisms de Sylva Clapin s’impose. Au fait, c’est une correctrice qui m’a convaincu d’ajouter un glossaire à mon roman historique Les amours du Pied-de-la-Côte. Plusieurs mots que vous utilisez, m’a-t-elle dit, ne se retrouvent plus dans les dictionnaires usuels. À la blague, je lui ai dit qu’on les avait éliminés pour faire place à des mots anglais. En fin de compte, plusieurs lecteurs m'ont affirmé que ce glossaire leur avait permis de mieux comprendre mon récit.

            L’auteur assume la responsabilité de toutes les perles qu’on ajoute à ses textes au moment de la correction. Pourtant, les siennes lui suffiraient. Et, lui seul, en porte tout l’odieux.

21 août 2018

Clément Fortin Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique

                                                        


Cet article vient de paraître dans La Mémoire, été 2018, no 147, la revue de La Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut.

Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique


Par Clément Fortin, avocat à la retraite

Sur YouTube, un Canadien français décrit en anglais ses résultats d’ADN qu’il vient de recevoir de MyHeritage. Voulant convaincre ses auditeurs de ses origines, il ponctue généreusement ses propos du juron identitaire du Canadien français. Il découvre que ses ascendants sont tout sauf français. Pour votre édification, je vous laisse le plaisir de découvrir ses origines génétiques en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=D826Fpu62X4

            La génétique me captive. D’abord comme juriste, je salue un moyen efficace de débusquer les assassins. Et sur le plan historique, la recherche de l’ADN de fossiles facilite la découverte des origines de l’homme de Néandertal et de l’homme moderne. Pour enfin, avec un peu de salive, découvrir mes origines génétiques.

            C'est le 25 avril 1953 que James Watson et Francis Crick publient dans la revue Nature un article d’une page établissant la structure en double hélice de l’ADN. À juste titre, on leur décerne le prix Nobel. Près de 50 ans plus tard, on réalisera le décodage du génome humain. Quel bond de géant leur découverte offre-t-elle à l'humanité!




            En surfant sur le Web, je note que MyHeritage fait une offre intéressante d’un test d’ADN. Ma curiosité m’incite à vivre cette expérience. Quelques semaines plus tard, je reçois des résultats surprenants. On m’apprend que je suis :

63 % Anglais

19,3 % Ibère

15,5 % Grec 

2,2 % des Balkans (Hongrie, Roumanie, Bulgarie et Bosnie-Herzégovine).

            Il ne fait aucun doute que je suis de descendance française. C’est ce que me confirme la généalogie de mes familles maternelles et paternelles. Mais on ignore ce que les collatéraux nous réservent comme surprise.

            Le Québec est une terre d’accueil. À titre d’exemple, en 1811, monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, se rend en bateau à Matane, mon patelin d’origine, pour y faire sa visite pastorale. Il constate avec admiration que des Micmacs, des Canadiens, des Acadiens, des Écossais, des Allemands, des Irlandais et des Anglo-Américains y vivent en parfaite harmonie. Il trouve remarquable d’entendre une même personne parler trois ou quatre langues.

               En poursuivant ma recherche sur le Web, je prends connaissance d’une étude réalisée par la Fédération des Québécois de souche qui commente 23andMe[i], un laboratoire de génétique grand public. Je vous invite à lire cette étude. Vous y accéderez en cliquant sur le lien de la note 1.  Je vous suggère aussi la lecture de cet article Le patrimoine génétique germanique des Québécois [ii] de Christian Allen Drouin dont vous trouverez le lien qui vous y conduira à la note 2, à la fin de ce document.  Et vous aimerez aussi lire un article d’Alain Vadeboncoeur intitulé  « I’m an English, my dear [iii]».

               23andMe offre aussi la possibilité de connaître notre état de santé ; d’apprendre si nous sommes porteurs de gènes de maladies ; dans quelle mesure sommes-nous susceptibles de souffrir de diabète, d’alzheimer, etc. Pour le moment, je m’en tiens à la généalogie génétique.  Tout bien pesé, je cède à la tentation de me soumettre à un test d’ADN offert par 23andMe dont le rapport fournit beaucoup d’information sur chacune des ethnies analysées. J’en ai extrait celles qui m’apparaissaient les plus pertinentes.

Européen 98,2 %

Européen du Nord-Ouest 87,2 %

Français et Allemand 48,1 %

Les «Français et les Allemands» descendent d'anciennes populations alpines celtiques et germaniques et habitent une région s'étendant des Pays-Bas à l'Autriche, ce qui correspond à peu près à l'étendue du  royaume franc de Charlemagne au Moyen Âge. Les estimations placent Charlemagne lui-même dans les arbres généalogiques de tous les Européens modernes, peut-être plusieurs fois. Génétiquement et géographiquement, les Français et les Allemands sont au cœur de l'Europe.

Britannique et Irlandais 20,0 %


Européen du Sud 6,9 %

Ibérique 5,4%

Largement Européen du Sud 1,5 %

Largement Européen 4,1 %

Asiatique de l'Est et Amérindien 0,7 %

Les premiers humains à atteindre le Nouveau Monde ont peuplé une grande partie de l'Amérique du Nord, du Centre et du Sud quelques milliers d'années après leur arrivée de l'Asie du Nord-Est et l'héritage génétique de ces pionniers préhistoriques persiste à ce jour chez les peuples autochtones des Amériques. En Amérique du Nord, cependant, l'ascendance amérindienne a tendance à n’être que de cinq générations ou plus, ce qui laisse peu de traces d'ADN de cet héritage.

Amérindien 0,6 %

Moyen-Orient et Afrique du Nord 0,2 %

Les peuples d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord ont non seulement des liens génétiques, mais aussi des liens linguistiques profonds les uns avec les autres.

Largement de l’Asie orientale et Amérindien < 0,1 %

Les peuples d'Asie de l'Est et des Amériques ont une histoire génétique commune. Leurs ancêtres communs ont quitté l'Asie occidentale il y a 80 000 ans, migrant vers l'Est à travers le continent. Les ancêtres des Amérindiens ont commencé à traverser les Amériques il y a 12 000 à 15 000 ans.

Ascendance néandertalienne

Vous avez moins de variantes néandertaliennes que 80 % des clients 23andMe. Cependant, votre ascendance néandertalienne représente moins de 4 % de votre ADN global.





Une reconstitution de l’homme et de la femme de Néandertal

Votre haplogroupe[iv] maternel est H1c

Votre haplogroupe paternel est R-P311

Vous partagez un ancêtre paternel avec Niall aux neuf otages.   La propagation de l'haplogroupe R-M269 dans le nord de l'Irlande et en Écosse a probablement été favorisée par des hommes comme Niall aux neuf otages. Peut-être plus un mythe qu’un homme, Niall aux neuf otages aurait été un roi de Tara dans le nord-ouest de l'Irlande à la fin du IVe siècle apr. J.-C. Son nom vient d'une histoire de neuf otages qu'il a détenus des régions qu'il a gouvernées. Bien que les histoires légendaires de sa vie aient été inventées des centaines d'années après sa mort, les preuves génétiques suggèrent que la dynastie Uí Néill, dont le nom signifie «descendants de Niall», ne fait référence qu'à un homme qui portait une branche de l’haplogroupe R-M269. Les Uí Néill régnaient en tant que rois d'Irlande du VIIe au XIe siècle, apr. J.-C. Dans la société très patriarcale de l'Irlande médiévale, leur statut leur permettait d'avoir un grand nombre d'enfants et de perpétuer leur lignée paternelle. En fait, les chercheurs ont estimé qu'entre 2 et 3 millions d'hommes ayant des racines dans le nord-ouest de l'Irlande sont des descendants  de Niall.

           À première vue, ces résultats de 23andMe me semblent plus près de ma réalité. Néanmoins, je m’étonne qu’on m’attribue 19 % au titre de «Largement nord-ouest de l'Europe » sans plus de précision. Cette partie de l’Europe s’étend du nord de l’Irlande au nord de la Norvège jusqu’à la Finlande et à la France, au sud.

            En poursuivant mes recherches, j’apprends qu’AncestryDNA possède de plus grandes bases de données qui m’éclaireraient sur ce sujet. Vous avez sans doute compris que les résultats des tests d’ADN sont tributaires de l’information obtenue des banques de données des laboratoires. Je confie donc un échantillon de ma salive à AncestryDNA qui me présente les résultats et les commentaires suivants :

Grande-Bretagne (Angleterre, Écosse, Pays de Galles)  34 %                                       

      Irlande/Écosse/Pays de Galles  29 %                                                                                   
      (Nota : Si vous additionnez 34 % + 29 %, vous obtenez 63 %, soit, le même pourcentage que dans le test de MyHeritage, chaque laboratoire ayant sa propre terminologie.)

      Péninsule ibérique (Espagne et Portugal) 18 % 

      Les Grecs baptisèrent cette région « Iberia » d'après la rivière Èbre. Les Romains, qui appelaient cette région Hispania, y introduisirent le christianisme et le latin qui allait se transformer en espagnol et en portugais. Par la suite, les Maures traversèrent le Détroit de Gibraltar et établirent sur le continent l’une des civilisations les plus avancées, riche d’universités, de bibliothèques et d’hôpitaux. À l’effondrement du dernier bastion des Maures en 1492, les navigateurs d’Espagne et du Portugal étaient prêts à propager leurs langues et leurs cultures au monde entier.                                                 
 Scandinavie (Suède, Norvège et Danemark) 8 %      

     Les aventures des Scandinaves, historiquement connus comme des navigateurs avertis, les mirent en contact avec une grande partie du reste de l’Europe, parfois, en tant que pirates redoutés et, d’autres fois, en tant que marchands et commerçants toujours en voyage. Le navigateur scandinave Leif Ericson est le premier Européen ayant atteint l’Amérique du Nord, 500 ans avant le premier voyage de Christophe Colomb en 1492.                                                                               

      Sud de l’Europe (Italie et Grèce, principalement) 8 %

      Régions ayant un faible indice de confiance

Moyen-Orient (Syrie, Irak, Arabie saoudite, Jordanie, Oman, Yémen,                 

      Émirats arabes unis (EAU), Liban, Israël)                                                                   1 %

      Finlande/Russie du Nord-Ouest                                                                                < 1 %

      Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Iran, Irak, Syrie, Turquie)            < 1 %

      Europe de l’Est (Pologne, Slovaquie, République tchèque, Autriche, Russie, Hongrie, Slovénie, Roumanie, Serbie, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, Lituanie, Lettonie, Bosnie-Herzégovine, Croatie)                                                                 < 1 %

      Migration

      Les colons français de Gaspésie, du Nouveau-Brunswick et du Maine

Vous avez probablement des proches qui faisaient partie de cette migration au cours des quelques derniers siècles. Votre lien avec cette migration est probablement dû à vos origines ancestrales en Grande-Bretagne, en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles.

      Les colons français le long du fleuve Saint-Laurent

De nombreux colons français émigrèrent en Nouvelle-France pour pratiquer le commerce de la fourrure. Dans la nature sauvage, ils vivaient entourés d’autochtones hostiles. Après la Guerre de la Conquête, les Britanniques considérèrent les Canadiens comme des citoyens de seconde zone. Plusieurs d’entre eux se réfugièrent en Nouvelle-Angleterre.

            Voilà les principaux éléments de mes trois tests d’ADN. Pour moi, ces résultats étaient inattendus. Je désirais maintenant comparer mes résultats de tests d’ADN avec ceux des membres de ma famille. À mon instigation, l’un de mes frères, une cousine germaine, une belle-soeur et une nièce ont aussi passé des tests d’ADN et ont obtenu des résultats ressemblant aux miens. Vous me direz qu’il s’agit d’un échantillon faible. Soit, je ne prétends pas faire une étude scientifique. Mais cela prouve que mon ADN n’est pas exceptionnel. On pourrait dire que mes gènes sont pour partie germaniques si cette appellation avait été retenue par MyHeritage, 23andMe et AncestryDNA. Enfin, si mes gènes ne sont pas français, je suis quand même originaire de France. C’est pourquoi j’ai tenté d’expliquer cette énigme en revoyant notamment l’histoire des invasions barbares et vikings. Ceux qu’on qualifie de barbares sont des peuples germaniques, comme le sont les Vikings. Ci-dessous, une carte nous indique que les habitants du nord-ouest de la France sont germaniques. C’est cette partie de la France que mes ancêtres ont quittée pour s’établir en Nouvelle-France.




Cette carte s’inspire des travaux du professeur Georges-Alexis Montandon.

            Au Ve siècle, les Romains ont commencé à se retirer des Îles britanniques. Voyez sur la carte ci-dessous un afflux migratoire, vers l’Angleterre, d’Angles, de Saxons, de Jutes et de Frisons (peuples germaniques). J’ajoute les Frisons qu’on semble ignorer malgré le fait que c’est de leur langue notamment que l’ancien anglais tire une partie de ses origines. Plusieurs Celtes qui s’y trouvaient se sont réfugiés en Irlande, en Écosse, au Pays de Galles et en Bretagne. Quant aux Francs, une autre tribu germanique, ils envahirent La Gaule dont une partie deviendra la France.
Dans son livre The Origins of the British[v]  Stephen Oppenheimer affirme que les Angles et les Saxons ne comptent que pour 5 % du génome des Britanniques. Ceux-ci seraient d’origine celtique comme les Irlandais, les Écossais et les Gallois.
  À l’opposé, The Guardian[vi] rapporte que des chercheurs de l’Université 
d’Oxford ont réalisé une étude génétique qu'ils ont publiée dans la revue Nature ; elle
s’est échelonnée sur 20 années ; elle révèle que 30 % de l'ADN des Britanniques de race
 blanche a une forte influence anglo-saxonne. Bien que les Romains, les Vikings et les
Normands aient régné sur les Britanniques pendant des centaines d’années, ils ont 
laissé peu de traces sur leur ADN, observent-ils.
  Étonnamment, cette étude démontre que les personnes vivant dans le Sud et
 le centre de l'Angleterre aujourd'hui partagent généralement environ 40 % de leur 
ADN avec les Français, 11 % avec les Danois et 9 % avec les Belges. Plus de 2000 
personnes ont participé à cette étude. La contribution française n'était cependant pas
liée à l'invasion normande de 1066, mais à une vague de migration jusque-là inconnue
 en Grande-Bretagne, quelque temps après la fin de la dernière période glaciaire, il y a
 près de 10 000 ans.



            Au IXe siècle, c’est au tour des Vikings de bouleverser l’ADN de l’Europe du Nord-Ouest.  Voyez la carte ci-dessous qui indique les lieux qu’ils ont envahis, dont la Normandie.




               La France a été colonisée ou envahie par les Celtes, les Basques, les Grecs, les Romains, les Francs, les Vikings, etc. Et il est généralement admis que le nord de la France est plus proche culturellement et ethniquement de l'Europe du Nord. Aussi, n’est-ce pas une hérésie de qualifier les Québécois de Latins?

               En France, les tests de filiation ne sont autorisés que sur décision de justice, et à des fins médicales ou pour des recherches scientifiques. Conséquemment, les bases de données sur l’ADN des Français s’en trouvent réduites. Revoyez mes résultats de 23andMe. Mon génome serait 48,1 % français et allemand. Allez savoir dans quelle proportion je suis l’un ou l’autre ! Se soumettre à des tests d’ADN, c’est aussi accepter de recevoir des résultats stupéfiants.

               Depuis l’arrivée de mes ancêtres en Nouvelle-France, au cours du XVIIe siècle, les populations du nord-ouest de la France ont subi des flux migratoires. Et ne faut-il pas s’étonner que l’on ne s’y retrouve plus ?

               La génomique récréationnelle, comme les Français l’appellent, est interdite. Cependant, plusieurs Français font quand même usage des tests d’ADN en s’adressant à des laboratoires à l’étranger. Avec le temps, les banques de données se raffineront et offriront des résultats plus précis.              

            En quelques pages, j’ai effleuré un sujet difficile, mais combien captivant ! Je vous incite à vivre cette expérience. Le génome humain est un vaste domaine d’étude. Par exemple, comment nos gènes influencent-ils notre comportement? La justice devrait-elle considérer que l’auteur d’un délit a agi sous l'impulsion de son génome? Sommes-nous vraiment libres? La connaissance de nos origines génétiques nous fera-t-elle voir le monde différemment?

Nota : Pour la reproduction des cartes dans mon texte, je n’ai pas trouvé à qui je devais m’adresser.


[i] Comprendre les tests génétiques : analyse de «23andMe»

[ii] Le patrimoine génétique germanique des Québécois par Christian Allen Drouin

[iii] « I’m an English, my dear » Alain Vadeboncoeur

[iv] Les haplogroupes sont en quelque sorte des branches de l'arbre généalogique de l'homme moderne. En génétique, un haplogroupe désigne un grand groupe de gènes situés sur le même chromosome (haplotypes). On distingue environ 25 haplogroupes (A, B, C, etc.), chacun possédant ses propres caractéristiques génétiques. Les haplogroupes aident à comprendre les déplacements géographiques des hommes et des femmes au fil du temps. Les plus étudiés sont l'haplogroupe du chromosome Y (hommes, lignée paternelle) et l'haplogroupe ADNmt (hommes et femmes, lignée maternelle).