16 octobre 2018

Le calvaire de l’écrivain : la correction Par Me Clément Fortin, avocat à la retraite





Le calvaire de l’écrivain : la correction

Par Me Clément Fortin, avocat à la retraite


L’écriture est un long processus qui est suivi de quelques étapes pénibles pour l’auteur ; la correction des épreuves étant la plus désagréable. Souvent, on ne vous soumet pas l’épreuve de votre texte avant de le publier. Ce n’est pas dans les habitudes de notre revue, vous signale-t-on. On vous réserve des surprises. Pire encore, pour le même motif, on refuse de publier un errata dans le prochain numéro.

            Voici quelques perles qui ont surgi dans mes écrits : acception est devenue acceptation ; perpétrer un crime, perpétuer un crime ; procureur de la défense, procureur de la dépense ; un morceau de plancher, un monceau de plancher ; obscuration a été remplacée par obscurcissement. Larousse le définit ainsi : Action d'obscurcir ou fait de s'obscurcir ; état de ce qui est sans clarté : L'obscurcissement de la ville pendant le black-out.

            Durant la Deuxième Guerre mondiale, on a soumis les Gaspésiens à l’obscuration. En France, on a retenu le mot black-out, cependant qu’au Québec on a créé un néologisme dont la définition est « l’élimination totale de toute lumière visible de l’extérieure la nuit par mesure de défense au cours d’une guerre ». Vous trouverez ce québécisme dans le Dictionnaire nord-américain de Louis-Alexandre Bélisle. Cette liste pourrait s’allonger, mais je vous en fais grâce.


            À titre d’avocat, j’avais rédigé tous les documents pertinents à la création d’un organisme sans but lucratif. À mon insu, on les avait corrigés en remplaçant « organisme sans but lucratif » par « organisme  à but non lucratif ». Pourtant, la loi, tant québécoise que fédérale, n’utilise que l’expression « sans but lucratif ». La loi française également. L’expression « à but non lucratif » est contraire au génie de la langue française. On tente d’exprimer un concept en opposant une expression positive  « à but » (absente des dictionnaires) à une expression négative « non lucratif ». Quel charabia!

            Je vous signale que l’Office de la langue française propose les deux expressions. Il faut reconnaitre qu’elle ne prend pas toujours d’heureuses décisions.

Termes privilégiés



organisme sans but lucratif   n. m.
OSBL   n. m.
organisme à but non lucratif   n. m.
OBNL   n. m.

            Pour décrire des réalités du passé québécois, l’usage du Dictionnaire nord-américain de Louis-Alexandre Bélisle, du Glossaire du parler français au Canada et du New Dictionary of Americanisms de Sylva Clapin s’impose. Au fait, c’est une correctrice qui m’a convaincu d’ajouter un glossaire à mon roman historique Les amours du Pied-de-la-Côte. Plusieurs mots que vous utilisez, m’a-t-elle dit, ne se retrouvent plus dans les dictionnaires usuels. À la blague, je lui ai dit qu’on les avait éliminés pour faire place à des mots anglais. En fin de compte, plusieurs lecteurs m'ont affirmé que ce glossaire leur avait permis de mieux comprendre mon récit.

            L’auteur assume la responsabilité de toutes les perles qu’on ajoute à ses textes au moment de la correction. Pourtant, les siennes lui suffiraient. Et, lui seul, en porte tout l’odieux.

21 août 2018

Clément Fortin Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique

                                                        


Cet article vient de paraître dans La Mémoire, été 2018, no 147, la revue de La Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut.

Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique


Par Clément Fortin, avocat à la retraite

Sur YouTube, un Canadien français décrit en anglais ses résultats d’ADN qu’il vient de recevoir de MyHeritage. Voulant convaincre ses auditeurs de ses origines, il ponctue généreusement ses propos du juron identitaire du Canadien français. Il découvre que ses ascendants sont tout sauf français. Pour votre édification, je vous laisse le plaisir de découvrir ses origines génétiques en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=D826Fpu62X4

            La génétique me captive. D’abord comme juriste, je salue un moyen efficace de débusquer les assassins. Et sur le plan historique, la recherche de l’ADN de fossiles facilite la découverte des origines de l’homme de Néandertal et de l’homme moderne. Pour enfin, avec un peu de salive, découvrir mes origines génétiques.

            C'est le 25 avril 1953 que James Watson et Francis Crick publient dans la revue Nature un article d’une page établissant la structure en double hélice de l’ADN. À juste titre, on leur décerne le prix Nobel. Près de 50 ans plus tard, on réalisera le décodage du génome humain. Quel bond de géant leur découverte offre-t-elle à l'humanité!




            En surfant sur le Web, je note que MyHeritage fait une offre intéressante d’un test d’ADN. Ma curiosité m’incite à vivre cette expérience. Quelques semaines plus tard, je reçois des résultats surprenants. On m’apprend que je suis :

63 % Anglais

19,3 % Ibère

15,5 % Grec 

2,2 % des Balkans (Hongrie, Roumanie, Bulgarie et Bosnie-Herzégovine).

            Il ne fait aucun doute que je suis de descendance française. C’est ce que me confirme la généalogie de mes familles maternelles et paternelles. Mais on ignore ce que les collatéraux nous réservent comme surprise.

            Le Québec est une terre d’accueil. À titre d’exemple, en 1811, monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, se rend en bateau à Matane, mon patelin d’origine, pour y faire sa visite pastorale. Il constate avec admiration que des Micmacs, des Canadiens, des Acadiens, des Écossais, des Allemands, des Irlandais et des Anglo-Américains y vivent en parfaite harmonie. Il trouve remarquable d’entendre une même personne parler trois ou quatre langues.

               En poursuivant ma recherche sur le Web, je prends connaissance d’une étude réalisée par la Fédération des Québécois de souche qui commente 23andMe[i], un laboratoire de génétique grand public. Je vous invite à lire cette étude. Vous y accéderez en cliquant sur le lien de la note 1.  Je vous suggère aussi la lecture de cet article Le patrimoine génétique germanique des Québécois [ii] de Christian Allen Drouin dont vous trouverez le lien qui vous y conduira à la note 2, à la fin de ce document.  Et vous aimerez aussi lire un article d’Alain Vadeboncoeur intitulé  « I’m an English, my dear [iii]».

               23andMe offre aussi la possibilité de connaître notre état de santé ; d’apprendre si nous sommes porteurs de gènes de maladies ; dans quelle mesure sommes-nous susceptibles de souffrir de diabète, d’alzheimer, etc. Pour le moment, je m’en tiens à la généalogie génétique.  Tout bien pesé, je cède à la tentation de me soumettre à un test d’ADN offert par 23andMe dont le rapport fournit beaucoup d’information sur chacune des ethnies analysées. J’en ai extrait celles qui m’apparaissaient les plus pertinentes.

Européen 98,2 %

Européen du Nord-Ouest 87,2 %

Français et Allemand 48,1 %

Les «Français et les Allemands» descendent d'anciennes populations alpines celtiques et germaniques et habitent une région s'étendant des Pays-Bas à l'Autriche, ce qui correspond à peu près à l'étendue du  royaume franc de Charlemagne au Moyen Âge. Les estimations placent Charlemagne lui-même dans les arbres généalogiques de tous les Européens modernes, peut-être plusieurs fois. Génétiquement et géographiquement, les Français et les Allemands sont au cœur de l'Europe.

Britannique et Irlandais 20,0 %


Européen du Sud 6,9 %

Ibérique 5,4%

Largement Européen du Sud 1,5 %

Largement Européen 4,1 %

Asiatique de l'Est et Amérindien 0,7 %

Les premiers humains à atteindre le Nouveau Monde ont peuplé une grande partie de l'Amérique du Nord, du Centre et du Sud quelques milliers d'années après leur arrivée de l'Asie du Nord-Est et l'héritage génétique de ces pionniers préhistoriques persiste à ce jour chez les peuples autochtones des Amériques. En Amérique du Nord, cependant, l'ascendance amérindienne a tendance à n’être que de cinq générations ou plus, ce qui laisse peu de traces d'ADN de cet héritage.

Amérindien 0,6 %

Moyen-Orient et Afrique du Nord 0,2 %

Les peuples d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord ont non seulement des liens génétiques, mais aussi des liens linguistiques profonds les uns avec les autres.

Largement de l’Asie orientale et Amérindien < 0,1 %

Les peuples d'Asie de l'Est et des Amériques ont une histoire génétique commune. Leurs ancêtres communs ont quitté l'Asie occidentale il y a 80 000 ans, migrant vers l'Est à travers le continent. Les ancêtres des Amérindiens ont commencé à traverser les Amériques il y a 12 000 à 15 000 ans.

Ascendance néandertalienne

Vous avez moins de variantes néandertaliennes que 80 % des clients 23andMe. Cependant, votre ascendance néandertalienne représente moins de 4 % de votre ADN global.





Une reconstitution de l’homme et de la femme de Néandertal

Votre haplogroupe[iv] maternel est H1c

Votre haplogroupe paternel est R-P311

Vous partagez un ancêtre paternel avec Niall aux neuf otages.   La propagation de l'haplogroupe R-M269 dans le nord de l'Irlande et en Écosse a probablement été favorisée par des hommes comme Niall aux neuf otages. Peut-être plus un mythe qu’un homme, Niall aux neuf otages aurait été un roi de Tara dans le nord-ouest de l'Irlande à la fin du IVe siècle apr. J.-C. Son nom vient d'une histoire de neuf otages qu'il a détenus des régions qu'il a gouvernées. Bien que les histoires légendaires de sa vie aient été inventées des centaines d'années après sa mort, les preuves génétiques suggèrent que la dynastie Uí Néill, dont le nom signifie «descendants de Niall», ne fait référence qu'à un homme qui portait une branche de l’haplogroupe R-M269. Les Uí Néill régnaient en tant que rois d'Irlande du VIIe au XIe siècle, apr. J.-C. Dans la société très patriarcale de l'Irlande médiévale, leur statut leur permettait d'avoir un grand nombre d'enfants et de perpétuer leur lignée paternelle. En fait, les chercheurs ont estimé qu'entre 2 et 3 millions d'hommes ayant des racines dans le nord-ouest de l'Irlande sont des descendants  de Niall.

           À première vue, ces résultats de 23andMe me semblent plus près de ma réalité. Néanmoins, je m’étonne qu’on m’attribue 19 % au titre de «Largement nord-ouest de l'Europe » sans plus de précision. Cette partie de l’Europe s’étend du nord de l’Irlande au nord de la Norvège jusqu’à la Finlande et à la France, au sud.

            En poursuivant mes recherches, j’apprends qu’AncestryDNA possède de plus grandes bases de données qui m’éclaireraient sur ce sujet. Vous avez sans doute compris que les résultats des tests d’ADN sont tributaires de l’information obtenue des banques de données des laboratoires. Je confie donc un échantillon de ma salive à AncestryDNA qui me présente les résultats et les commentaires suivants :

Grande-Bretagne (Angleterre, Écosse, Pays de Galles)  34 %                                       

      Irlande/Écosse/Pays de Galles  29 %                                                                                   
      (Nota : Si vous additionnez 34 % + 29 %, vous obtenez 63 %, soit, le même pourcentage que dans le test de MyHeritage, chaque laboratoire ayant sa propre terminologie.)

      Péninsule ibérique (Espagne et Portugal) 18 % 

      Les Grecs baptisèrent cette région « Iberia » d'après la rivière Èbre. Les Romains, qui appelaient cette région Hispania, y introduisirent le christianisme et le latin qui allait se transformer en espagnol et en portugais. Par la suite, les Maures traversèrent le Détroit de Gibraltar et établirent sur le continent l’une des civilisations les plus avancées, riche d’universités, de bibliothèques et d’hôpitaux. À l’effondrement du dernier bastion des Maures en 1492, les navigateurs d’Espagne et du Portugal étaient prêts à propager leurs langues et leurs cultures au monde entier.                                                 
 Scandinavie (Suède, Norvège et Danemark) 8 %      

     Les aventures des Scandinaves, historiquement connus comme des navigateurs avertis, les mirent en contact avec une grande partie du reste de l’Europe, parfois, en tant que pirates redoutés et, d’autres fois, en tant que marchands et commerçants toujours en voyage. Le navigateur scandinave Leif Ericson est le premier Européen ayant atteint l’Amérique du Nord, 500 ans avant le premier voyage de Christophe Colomb en 1492.                                                                               

      Sud de l’Europe (Italie et Grèce, principalement) 8 %

      Régions ayant un faible indice de confiance

Moyen-Orient (Syrie, Irak, Arabie saoudite, Jordanie, Oman, Yémen,                 

      Émirats arabes unis (EAU), Liban, Israël)                                                                   1 %

      Finlande/Russie du Nord-Ouest                                                                                < 1 %

      Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Iran, Irak, Syrie, Turquie)            < 1 %

      Europe de l’Est (Pologne, Slovaquie, République tchèque, Autriche, Russie, Hongrie, Slovénie, Roumanie, Serbie, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, Lituanie, Lettonie, Bosnie-Herzégovine, Croatie)                                                                 < 1 %

      Migration

      Les colons français de Gaspésie, du Nouveau-Brunswick et du Maine

Vous avez probablement des proches qui faisaient partie de cette migration au cours des quelques derniers siècles. Votre lien avec cette migration est probablement dû à vos origines ancestrales en Grande-Bretagne, en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles.

      Les colons français le long du fleuve Saint-Laurent

De nombreux colons français émigrèrent en Nouvelle-France pour pratiquer le commerce de la fourrure. Dans la nature sauvage, ils vivaient entourés d’autochtones hostiles. Après la Guerre de la Conquête, les Britanniques considérèrent les Canadiens comme des citoyens de seconde zone. Plusieurs d’entre eux se réfugièrent en Nouvelle-Angleterre.

            Voilà les principaux éléments de mes trois tests d’ADN. Pour moi, ces résultats étaient inattendus. Je désirais maintenant comparer mes résultats de tests d’ADN avec ceux des membres de ma famille. À mon instigation, l’un de mes frères, une cousine germaine, une belle-soeur et une nièce ont aussi passé des tests d’ADN et ont obtenu des résultats ressemblant aux miens. Vous me direz qu’il s’agit d’un échantillon faible. Soit, je ne prétends pas faire une étude scientifique. Mais cela prouve que mon ADN n’est pas exceptionnel. On pourrait dire que mes gènes sont pour partie germaniques si cette appellation avait été retenue par MyHeritage, 23andMe et AncestryDNA. Enfin, si mes gènes ne sont pas français, je suis quand même originaire de France. C’est pourquoi j’ai tenté d’expliquer cette énigme en revoyant notamment l’histoire des invasions barbares et vikings. Ceux qu’on qualifie de barbares sont des peuples germaniques, comme le sont les Vikings. Ci-dessous, une carte nous indique que les habitants du nord-ouest de la France sont germaniques. C’est cette partie de la France que mes ancêtres ont quittée pour s’établir en Nouvelle-France.




Cette carte s’inspire des travaux du professeur Georges-Alexis Montandon.

            Au Ve siècle, les Romains ont commencé à se retirer des Îles britanniques. Voyez sur la carte ci-dessous un afflux migratoire, vers l’Angleterre, d’Angles, de Saxons, de Jutes et de Frisons (peuples germaniques). J’ajoute les Frisons qu’on semble ignorer malgré le fait que c’est de leur langue notamment que l’ancien anglais tire une partie de ses origines. Plusieurs Celtes qui s’y trouvaient se sont réfugiés en Irlande, en Écosse, au Pays de Galles et en Bretagne. Quant aux Francs, une autre tribu germanique, ils envahirent La Gaule dont une partie deviendra la France.
Dans son livre The Origins of the British[v]  Stephen Oppenheimer affirme que les Angles et les Saxons ne comptent que pour 5 % du génome des Britanniques. Ceux-ci seraient d’origine celtique comme les Irlandais, les Écossais et les Gallois.
  À l’opposé, The Guardian[vi] rapporte que des chercheurs de l’Université 
d’Oxford ont réalisé une étude génétique qu'ils ont publiée dans la revue Nature ; elle
s’est échelonnée sur 20 années ; elle révèle que 30 % de l'ADN des Britanniques de race
 blanche a une forte influence anglo-saxonne. Bien que les Romains, les Vikings et les
Normands aient régné sur les Britanniques pendant des centaines d’années, ils ont 
laissé peu de traces sur leur ADN, observent-ils.
  Étonnamment, cette étude démontre que les personnes vivant dans le Sud et
 le centre de l'Angleterre aujourd'hui partagent généralement environ 40 % de leur 
ADN avec les Français, 11 % avec les Danois et 9 % avec les Belges. Plus de 2000 
personnes ont participé à cette étude. La contribution française n'était cependant pas
liée à l'invasion normande de 1066, mais à une vague de migration jusque-là inconnue
 en Grande-Bretagne, quelque temps après la fin de la dernière période glaciaire, il y a
 près de 10 000 ans.



            Au IXe siècle, c’est au tour des Vikings de bouleverser l’ADN de l’Europe du Nord-Ouest.  Voyez la carte ci-dessous qui indique les lieux qu’ils ont envahis, dont la Normandie.




               La France a été colonisée ou envahie par les Celtes, les Basques, les Grecs, les Romains, les Francs, les Vikings, etc. Et il est généralement admis que le nord de la France est plus proche culturellement et ethniquement de l'Europe du Nord. Aussi, n’est-ce pas une hérésie de qualifier les Québécois de Latins?

               En France, les tests de filiation ne sont autorisés que sur décision de justice, et à des fins médicales ou pour des recherches scientifiques. Conséquemment, les bases de données sur l’ADN des Français s’en trouvent réduites. Revoyez mes résultats de 23andMe. Mon génome serait 48,1 % français et allemand. Allez savoir dans quelle proportion je suis l’un ou l’autre ! Se soumettre à des tests d’ADN, c’est aussi accepter de recevoir des résultats stupéfiants.

               Depuis l’arrivée de mes ancêtres en Nouvelle-France, au cours du XVIIe siècle, les populations du nord-ouest de la France ont subi des flux migratoires. Et ne faut-il pas s’étonner que l’on ne s’y retrouve plus ?

               La génomique récréationnelle, comme les Français l’appellent, est interdite. Cependant, plusieurs Français font quand même usage des tests d’ADN en s’adressant à des laboratoires à l’étranger. Avec le temps, les banques de données se raffineront et offriront des résultats plus précis.              

            En quelques pages, j’ai effleuré un sujet difficile, mais combien captivant ! Je vous incite à vivre cette expérience. Le génome humain est un vaste domaine d’étude. Par exemple, comment nos gènes influencent-ils notre comportement? La justice devrait-elle considérer que l’auteur d’un délit a agi sous l'impulsion de son génome? Sommes-nous vraiment libres? La connaissance de nos origines génétiques nous fera-t-elle voir le monde différemment?

Nota : Pour la reproduction des cartes dans mon texte, je n’ai pas trouvé à qui je devais m’adresser.


[i] Comprendre les tests génétiques : analyse de «23andMe»

[ii] Le patrimoine génétique germanique des Québécois par Christian Allen Drouin

[iii] « I’m an English, my dear » Alain Vadeboncoeur

[iv] Les haplogroupes sont en quelque sorte des branches de l'arbre généalogique de l'homme moderne. En génétique, un haplogroupe désigne un grand groupe de gènes situés sur le même chromosome (haplotypes). On distingue environ 25 haplogroupes (A, B, C, etc.), chacun possédant ses propres caractéristiques génétiques. Les haplogroupes aident à comprendre les déplacements géographiques des hommes et des femmes au fil du temps. Les plus étudiés sont l'haplogroupe du chromosome Y (hommes, lignée paternelle) et l'haplogroupe ADNmt (hommes et femmes, lignée maternelle).

14 juin 2017

Bibliographie de Me Clément Fortin, écrivain





BLIBLIOGRAPHIE DE Me CLÉMENT FORTIN, AVOCAT, À LA RETRAITE, ÉCRIVAIN, ANCIEN PROFESSEUR AGRÉGÉ, ANCIEN DIRECTEUR DE L'ÉCOLE DU BARREAU, ÉDITEUR ET GLOBE-TROTTER

MONOGRAPHIES :

Guy Turcotte : ruse ou folie, autoédité et disponible sur BouquinBec et Amazon Kindle, Saint-Sauveur, 2017, 500 p.

L’affaire Cordélia Viau : la vraie histoire, Wilson & Lafleur, Montréal, 2013, 400 p.

Mesrine : le tueur de Percé – Une fraude judiciaire, Wilson & Lafleur, Montréal, 2012, 421 p.

L’affaire Coffin : une supercherie?, Wilson & Lafleur, Montréal, 2007, 384 p.

On s’amuse à mort, Les éditions du Septentrion, Sillery (Québec), 2005, 311 p.

Les amours du Pied-de-la-Côte, édité par l’auteur, Saint-Sauveur, 1997, réédité en 2001, et une version illustrée par Camille Girard-Bock, 2011, 586 p.

Acheter ou revendre votre petite entreprise au meilleur prix, Wilson & Lafleur ltée, Montréal, 1992, 259 p.

Comment acheter ou revendre votre immeuble résidentiel à revenus, Wilson & Lafleur et Les éditions Quebecor, Montréal, 1991, 195 p.

Comment réussir dans l’immobilier, Les éditions Yvon Blais inc., Cowansville, 1989, 204 p.

La réforme du droit des corporations commerciales canadiennes, Les éditions CF, Sherbrooke, 1977, 139 p.

ARTICLES :

The Pre-Incorporation Trust - A Victim of Misconstruction, Revue du Barreau, Tome 30, no 2, mars 1970.

Le régime d'imposition des organismes sans but lucratif: une drôle d'exemption, Revue du Barreau, Tome 30, no 5, novembre 1970.

De la nature juridique de la fonction d'administrateur et d'officier en droit québécois des compagnies, Revue de Droit de l'Université de Sherbrooke, volume 1, no 1, janvier 1970.          

Un nom d'emprunt pour les compagnies faisant  affaire au Québec. Pourquoi pas? (Avec la participation de Nicole Senécal) Revue du Barreau, Tome 32, no 5, 1972.

Preparing for the Practice of Law in Québec, Journal of Professional Legal Education, (1985) Vol. 3, Australie, p. 101-109.

Continuing Legal Education in the Barreau du Québec, Journal of Professional Legal Education (1987) vol. 6, no. 1, Australie, p. 65-72.     

Hermas Grégoire et Georgianna Morin, des pionniers de Matane, Au pays de Matane, Volume XXIX, numéro 2, octobre 1994, p. 2.

Georgette Grégoire et Louis de Gonzague Fortin : mes parents (1re partie), Au pays de Matane, Volume XXXI, numéro 1, mai 1996, p. 3.

Georgette Grégoire et Louis de Gonzague Fortin : mes parents, (2e partie) Au pays de Matane, Volume XXXI, numéro 2, novembre 1996, p. 3.

À Matane, au Pied-de-la-Côte, Revue d’histoire du Bas-Saint-Laurent, L’estuaire, Volume XX, numéro 1 (50), janvier 1997, p. 15.

Vieux écrits : Deux témoignages de Marie-Adèle Lepage, la grand-mère de Clément Fortin, Institutrice à Saint-Simon, p. 22, et Voyage de noces mouvementé, p. 25, L’Estuaire, Volume XX, numéro 1 (50), janvier 1997.

Matane en 1882, à l’arrivée de mon grand-père paternel, L’Estuaire, Volume XX, numéro 2 (51), juin 1997, p. 38.

Julien Fortin, l’arrière-grand-père de Pierre Lepage, le 2e seigneur de Rimouski, L’Estuaire, Volume XXII, numéro 1 (54), janvier 1999, p. 28.

Céline Dion : ses grands-parents maternels, L’Estuaire, Volume XXiV, numéro 2 (59), juin 2001, p. 3.

Matane dans les relations de voyage de Champlain : un 375e anniversaire, L’Estuaire, Revue d’histoire des pays de l’estuaire du Saint-Laurent, Volume XXV, numéro 1 (60), janvier 2002, p. 29.

Arthur-Joseph Lapointe et Anna-Marie Ducharme : les parents de l’artiste et sénateur Jean Lapointe, L’Estuaire, Volume XXVI, numéro 1 (62), janvier 2003, p. 8.

Les balises du vieux port de Matane, Au pays de Matane, Volume XLL, Numéro 2, décembre 2006, 82e numéro, p. 7.

L’affaire Coffin : une supercherie?, Magazine Gaspésie, Vol. 44, No 3, Hiver 2008, p. 18.
Des gènes britanniques chez des Canadiens français : une énigme de la généalogie génétique, La Mémoire, la revue de La société d'histoire des Pays-d'en-Haut, été 2018, No 147,  p. 8-11. 

CHRONIQUE :

Responsable de la chronique portant sur le droit des compagnies dans la Revue du Barreau du Québec 1978-80.

Auteur d'une série d'articles portant sur le droit des compagnies dans le quotidien La Tribune de Sherbrooke 1975-77.

Auteur d'une série d'articles portant sur l'immobilier dans le Journal de la Vallée, Saint-Sauveur-des-Monts 1989-90 et d'une série d'articles portant sur l'achat et la revente d'une petite entreprise.







27 mars 2017

Version numérique des docu-romans de Clément Fortin aux prix de 9,99$ chacun sur Kindle Amazon


Lisez mon communiqué de presse sur la page Facebook de Romain Pelletier en cliquant sur ce lien:  https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10154551458964151&set=a.429166104150.204325.696809150&type=3&theater


Version numérique des docu-romans de Clément Fortin au prix de 9,99$ chacun sur la Boutique Kindle d'Amazon:

Guy Turcotte: ruse ou folie

L'affaire Cordélia Viau: la vraie histoire

Mesrine le tueur de Percé - Une fraude judiciaire

L'affaire Coffin: une supercherie
Cliquez sur ce lien:
https://www.amazon.ca/Kindle-Store-Cl%C3%A9ment-Fortin/s?ie=UTF8&page=1&rh=n%3A2972705011%2Cp_27%3ACl%C3%A9ment%20Fortin

13 mars 2017

Guy Turcotte: ruse ou folie, version numérique chez BouquinBec

Je vous invite à lire le compte rendu qu'Éric Veillette fait de mon docu-roman Guy Turcotte: ruse ou folie en cliquant sur ce lien:

https://historiquementlogique.com/



Guy Turcotte : ruse ou folie


Procurez-vous la version numérique de ce docu-roman chez BouquinBec en cliquant sur ce lien: https://boutique.bouquinbec.ca/guy-turcotte-ruse-ou-folie.html


Guy Turcotte : ruse ou folie

9,99 $CA
Disponibilité : Availability: In Stock
Réf. : BK100802
À Piedmont, dans les Laurentides, le 21 février 2009, deux enfants sont retrouvés morts dans leur lit. Leur père, le docteur Guy Turcotte, un cardiologue de l’Hôpital de Saint-Jérôme, avoue aux policiers les avoir tués. Voulant s’enlever la vie, il a ingurgité, la veille, du lave-glace. Il est conduit aux urgences de l’Hôpital de Saint-Jérôme. Sa séparation récente d’avec sa femme l’a complètement démoli. Une relation en montagnes russes et l’infidélité ont détruit ce couple. Turcotte est confiné à l’Institut Philippe-Pinel pour y recevoir des traitements psychiatriques. Puis, il est envoyé au Centre de détention de Rivière-des-Prairies où il tente encore une fois de s’enlever la vie. À la fin, il est jugé apte à subir son procès. La poursuite plaide qu’il a voulu se venger de sa femme en lui enlevant ses enfants. La défense admet que Guy Turcotte a commis ce crime, mais qu’il ne l’a pas fait avec préméditation et de propos délibéré. L’état d’esprit de l’accusé au moment des événements est l’unique enjeu de cette affaire. En 2011, après un long procès, le jury le déclare non criminellement responsable du meurtre de ses enfants. La poursuite interjette appel. La Cour d’appel ordonne la tenue d’un nouveau procès qui aura lieu en septembre 2015. Le 15 janvier 2016, Guy Turcotte est condamné à purger 17 années de pénitencier avant d’être admis à demander une libération conditionnelle. Le 3 décembre 2016, Guy Turcotte se désiste de son appel du verdict de culpabilité du meurtre sans préméditation de ses deux enfants. Il maintient cependant son appel de la condamnation.
* Champs obligatoires


6 février 2016

L'affaire Aurore Gagnon, le procès de Marie-Anne Houde par Éric Veillette Historiquement Logique

 Cliquez sur ce lien pour lire la présentation de ce livre:


http://historiquementlogique.com/boutique/

Eric Veillette vous invite à l’évènement de Historiquement Logique
 
L'affaire Aurore Gagnon, le procès de Marie-Anne Houde
12 février à 9:00 (UTC-08)
Dans toutes le bonnes lbrairies

26 juillet 2015

Les amours du Pied-de-la-Côte en format numérique à la boutique Kindle d'Amazon



Les amours du Pied-de-la-Côte
en format numérique à la boutique Kindle d'Amazon

Par Clément Fortin et illustré par Camille Girard-Bock

Cliquez sur ce lien: