3 mai 2011

LE TÉMOIN EXPERT PASCAL ALAIN A-T-IL PRÉSENTÉ LA PIÈCE P-22 AU TRIBUNAL DE L'HISTOIRE?


LE TÉMOIN EXPERT PASCAL ALAIN A-T-IL PRÉSENTÉ LA PIÈCE P-22 AU TRIBUNAL DE L'HISTOIRE?


























LE TÉMOIN EXPERT PASCAL ALAIN A-T-IL PRÉSENTÉ LA PIÈCE P-22 AU TRIBUNAL DE L’HISTOIRE?

Ci-dessus, une photo de l’expert Pascal Alain témoignant devant le tribunal de l’histoire, une photo du couteau à usages multiples, une photo de la pompe à essence que la police a retrouvée dans l’appartement de la maîtresse de Coffin,à Montréal et une photo de Coffin



EN CLIQUANT SUR LES IMAGES CI-DESSUS, VOUS POUVEZ LIRE LA DÉCLARATION STATUTAIRE QUE COFFIN A FAITE LE 6 AOÛT 1953.



En 2008, j’ai publié cette déclaration en annexe à mon ouvrage L’affaire Coffin : une supercherie? J’y ai aussi publié le « STATEMENT » que Marion Petrie, la concubine de Coffin, a fait le même jour.
Cette pièce P-22 est la cote de la Déclaration statutaire que Coffin a faite le 6 août 1953. Elle a été soumise à l’enquête préliminaire. Comme les avocats de Coffin n’ont pas jugé opportun d’offrir une défense à leur client, cette déclaration statutaire n’a pas été soumise au jury. Si les avocats de Coffin avaient présenté une défense, la Couronne était prête à soumettre une contre-preuve dans laquelle cette déclaration statutaire aurait occupé une place importante.




LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE DE QUÉBEC, QUI A COMMANDITÉ LE TRIBUNAL DE L’HISTOIRE, N’A PAS RÉPONDU À CES QUESTIONS.



CETTE PIÈCE P-22, A-T-ELLE ÉTAIT PRÉSENTÉE À CE TRIBUNAL DE L’HISTOIRE?

QUELLES PREUVES ONT ÉTÉ PRÉSENTÉES?

RÉAGISSEZ À CES QUESTIONS

135 commentaires:

Anonyme a dit...

La Commission de la capitale nationale est sûrement embarrassée par cette affaire. Elle a fait confiance à Alain...
Bill

Anonyme a dit...

Alain doit mettre son pantalon et s'expliquer.

Anonyme a dit...

Quand on dit '' Étirer la sauce ''
vous en connaissez le secret !!!
Vous n'avez plus rien à dire , faites comme Stoddard, fermez la !!

Anonyme a dit...

Cet anonyme est impoli et même grossier. Ce Tribunal de l'Histoire a été fait avec l'argent des contribuables. C'est la Commission de la capitale nationale qui "étire la sauce" en n'expliquant pas le fait qu'elle ait subventionné une activité trompeuse.
P. Benoît

Anonyme a dit...

Cet anonyme est impoli et même grossier. Ce Tribunal de l'Histoire a été fait avec l'argent des contribuables. C'est la Commission de la capitale nationale qui "étire la sauce" en n'expliquant pas le fait qu'elle ait subventionné une activité trompeuse.
P. Benoît

Anonyme a dit...

Me Fortin:
Ce sont les défenseurs de Coffin qui, pendant plus de 50 ans, ont "étiré la sauce" de leur "ragoût aux ragots".
Merci, Me Fortin, d'insister pour que l'Histoire soit réhabilitée!
A.Voyer

Anonyme a dit...

Ici Ti-Jean le Kébécois, toujours de bonne humeur.
Ne vous pressez pas de fermer votre blogue, Me Fortin. C'est toujours bon de lire les propos enragés des défenseurs de Coffin. Vous les avez "accumulés" au pied du mur.

Anonyme a dit...

Qu'on réponde au plus sacrant aux questions posées et on pourra tirer des conclusions.
Paul

Anonyme a dit...

Dernièrement, vous avez publié la lettre que Pascal Alain a publiée dans Le Devoir le 10 février 2006. C'est dans cette lettre qu'on apprend les arguments qu'il a fait valoir devant le Tribunal de l'Histoire. Ca serait bien surprenant qu'il en ait trouvé d'autres. Il ne faut rien attendre de ce gars-là. Il ne connaît rien et il ne veut surtout pas sortir de ses ragots.
Ben Girard

Anonyme a dit...

Cet anonyme impoli vous compare à Stoddard. Stoddard étirait les ragots alors que vous exposez les faits. C'est ca qui fait mal à cet impoli. Continuez...
C. Desrosiers

Anonyme a dit...

Encore moi, Ti-Jean le Kébécois, souriant malgré la pluie. Très bien dit, C. Desrosiers.
Justement, quelqu'un a des nouvelles du célèbre Stoddard? Il nous manque. Il était tellement drôle!
Et 007, lui? Que devient notre 007 national? Pas mal drôle, lui aussi. Et Pascal Alain, le témoin expert du Tribunal des histoires? Il se dit historien, mais c'est plutôt un raconteur d'histoires.
Ti-J. le K.

Anonyme a dit...

Ne les lâchez pas, Me Fortin. Ils ont dénaturé l'Histoire. Ils n'ont eu aucun respect pour la Justice. J'espère que Pascal Alain est barré partout maintenant.

Anonyme a dit...

Cette déclaration statutaire n'a aucune valeur légale parce que faite le 6 août 1953 à 6.45 p.m..

En cette date, Coffin n'avait eu accès aux conseils d'aucun avocat même délégué d'office.
Aucune mise en garde à l'effet que cette déclaration soit faite en toute liberté, sans promesses ni menaces de la part des policiers n'est inscrite au document tel que prescrit par la Loi.
De plus , durant toute la journée ayant précédée la déposition de cette déclaration , il est plausible et fortement à présumer que Coffin avait consommé des boissons alcooliques comme il était de son habitude.La mémoire défaillante et l'exactitude incertaine des évênements relatés étant du fait même fortement amoindries de par son degré d'alcoolimmie.
La déclaration statutaire n'a donc aucune valeur légale .
C'est pourquoi elle ne fut jamais déposée en Cour. ET POUR CAUSE !!!
Son dépôt et toute utilisation de ce document obtenu illégalement
est contraire aux règles de la Loi du Canada.
Des poursuites pourraient être entreprises contre ceux qui ont contrevenu , de même que contre ceux qui continuent de le faire , en publiant et utilisant ce document dans un but malveillant.

Je suggère à la famille Coffin d'agir en ce sens dans les meilleurs délais.
007

Anonyme a dit...

M. Alain se dit expert en l'affaire Coffin et tout indique qu'il n'avait jamais vu la pi<ece P-22. On n'a plus les experts qu'on avait... Il a fait un tort considérable à l'Histoire, à la Justice et au Québec, et ce avec la caution de la Commission de la peine capitale nationale et du Journal Le Devoir, le journal des buveurs de vin à la retraite.
Anonyme, Laval

Anonyme a dit...

Me Fortin,
La mise en pièce de votre pièce
P-22 vous mets dans l'embarras ?
L'histoire se répête, ce qui n'est pas bon à entendre par le jury comme par le bon peuple, est occulté,disparu de la carte.
Un ex-avocat intègre,disiez-vous.
007

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Merci d'avoir remis en page mon commentaire de 16.44.
Cà me surprenait aussi que vous taisiez une opinion,disons divergente car vous êtes intègre.

Clément Fortin a dit...

007
Cette déclaration statutaire a fait l’objet d’une preuve de voir dire devant le juge Duguay au cours de l’enquête préliminaire. Je vous suggère de lire mon ouvrage L’affaire Coffin : une supercherie ? dans lequel je rapporte ce qui s’est passé à l’enquête préliminaire. Une preuve de voir dire est un petit procès dans le grand procès aux fins de démontrer hors de tout doute raisonnable que la déclaration qu’a faite l’accusé l’a été librement et volontairement. Au moment où Coffin a fait cette déclaration, le temps qu’il avait passé derrière les barreaux lui avait permis de dessouler. Cette déclaration statutaire ayant été acceptée à l’enquête préliminaire, elle l’aurait vraisemblablement été aussi par le juge qui présidait la Cour du banc de la reine. Et le jury en aurait été saisi.
Pour ce qui est de la mise en garde, elle fait partie intégrante du document. Relisez ce document. « Et je fais cette déclaration solennelle, la croyant consciencieusement vraie et sachant qu’elle a le même effet que si elle étai faite sous serment sous l’empire de la Loi de la preuve en Canada. » Elle a été signée devant un juge de paix. Ceux qui ont poursuivi un but malveillant, pour reprendre votre expression ,ce sont tous ceux qui ont caché ce document au public. Cette remarque vaut aussi pour le « statement » de la maîtresse de Coffin, la pompe à essence, le canif, etc.

Anonyme a dit...

007 ne connaît rien. Qu'il retourne à sa boîte de carton!

Anonyme a dit...

Me Fortin,
La déclaration statutaire a été produite le 6 août 53 et vous savez très bien à quel endroit et en quelles circonstances.
( Voir votre description en page
102 à 106 de votre livre.)
Elle ne s'est pas faite telle que requise selon la loi comme en décrit très bien la procédure à

http://www.educaloi.qc.ca

Au contraire , la déclaration statutaire a été obtenue après une longue nuit d'interrogation par deux brutes dans un local de la Sûreté à Gaspé .
En passant, parlez nous donc de l'avocat Me Alphonse Garneau,celui qui ne fut jamais admis à voir son client Coffin et du message qu'il lui avait fait parvenir à l'effet de se prévaloir de l'article 5 de la Loi sur la preuve , message qui lu fut transmis ??? beaucoup trop tard selon vous , jamais , selon Alton Price.
007

Anonyme a dit...

Par deux brutes, ah oui? Où avez-vous pris cela, 007? Dans le dictionnaire des Idées reçues (de Jacques Hébert)? 007, vous êtes plus dangereux que deux brutes. Vous êtes un manipulateur, un fin finaud à sa maman.
Phil Lafrance

Clément Fortin a dit...

Et pourtant Coffin a dit à son père qu’on le traitait bien. Les faits consignés dans les dossiers de la cour sont les seuls que je rapporte. Je vous rappelle que je n’ai pas fait une enquête judiciaire. Ce n’est pas de ma compétence. Je vous soumets ces faits en vous laissant toute la latitude d’en faire ce que vous voudrez. C’est votre affaire.

Clément Fortin a dit...

007
Quand j’ai abordé l’étude de l’affaire Coffin, j’ai revu le droit pénal qui était en vigueur en 1953. Depuis, notre droit pénal a subi des amendements importants. À titre d’exemple, ce n’est qu’en 1960 que la Déclaration canadienne des droits et libertés a été adoptée par le Parlement canadien. Son article 2c (ii) reconnaît à un accusé le droit de retenir sans délai les services d’un avocat. Ce n’est qu’en 1982 que la Charte canadienne des droits et libertés sera adoptée par le Parlement canadien. On ne peut donc pas juger maintenant une affaire qui date de plus de cinquante ans au regard du droit actuellement en vigueur au Canada.

Clément Fortin a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit...

Me Fortin,
Le 6 août 53 Coffin n'avait aucune accusation quelconque signifiée contre lui devant aucune Cour,pas même de vol,ni encore moins de meurtre .
Comment se fait-il que deux policiers ( vous voyez je peux être poli ) après plus de huit jours et nuits d'interrogation amicales direz vous , lui ait fait écrire une déclaration statutaire?
On lui avait refusé la présence et les conseils d'un avocat depuis le tout début de son kidnapping par les gentils policiers?
Le document signé est du 6 août 53,
l'enquête préliminaire , deux semaines plus tard ...
Coffiin était donc sous les bons soins de ces deux charmants policiers depuis tout ce temps, de salles d'interrogation en nuits de discussions amicales et en vooyages de Gaspé à Québec pendant tout ce temps.
Qui protégeait ce pauvre gars pas encore accusé de rien durant tout ce temps? la Providence???

Anonyme a dit...

Me Fortin,
007 n'a pas digéré son échec des ossements transportés dans une boîte de carton. Il cherche par tous les moyens à vous mettre en boîte. Il a définitivement une fixation sur les boîtes.
Ti-Jean le Kébécois devenu psychanalyste

Anonyme a dit...

Marcel Vézina Mon grand-père ( Clovis Vezina ) le connaissait tres bien... il était innocent.
Clovis Vézina a-t-il été convoqué à au moins une enquête préliminaire ou lors d'un procès ?
Combien de gens d'ici,d'amis,de relations,de gars de bois qui rencontraient Coffin tous les jours n'ont jamais été convoqué?

Clément Fortin a dit...

Venant Clavet a subi son procès pour meurtre quelques semaines avant Coffin. Il avait vu un gros billet de banque américain dans le porte-feuille d’un homme. Il l’a tué. Il n’avait aucun casier judiciaire. Clavet était un homme irréprochable. Et pourtant, il a commis l’irréparable. Les Gaspésiens ne se sont pas portés à son secours. Ils ont voué toute leur attention à Coffin. Si la réputation de Coffin avait été mise en cause, votre grand-père aurait vraisemblablement été cité à témoigner en sa faveur. Mais sa réputation ne faisait pas l’objet de l’accusation.
Certains prétendent faire avancer la défense de Coffin en tentant de faire une preuve de mauvaise réputation aux avocats de la Couronne et de la défense, aux policiers et même à l'une des victimes. Si le législateur permettait à toute personne accusée d’un crime de faire une preuve de bonne réputation alors que sa réputation n’est nullement mise en cause, les procès risqueraient de ne plus porter sur le crime qui fait l’objet de l’accusation.

Anonyme a dit...

Observez le comportement des mafiosi. Ils sont doux et gentils avec leur famille. Ils ont habituellement l'air inoffensifs et pourtant ce sont de dangereux criminels.
G. Dugal

Anonyme a dit...

C'est vrai qu'on ne peut pas juger par l'apparence de quelqu'un s'il est un criminel ou non.
J. Durette

Anonyme a dit...

007 dénature les faits. On l'a vu avec la photo du transport des ossements, et on le voit avec sa façon de traiter la déclaration statutaire de Coffin. Il commet gaffe sur gaffe, comme son maître à penser, Gaston.

Anonyme a dit...

Vous trouvez cà normal, cette facon de procéder des policiers
pour obtenir une déclaration statutaire sans juge présent , sans avocat de la Défense présent ?
Batinse ! vous avez les idées larges
007

Clément Fortin a dit...

Batinse, je n’avais pas entendu ce juron depuis mon enfance.
Je vous répète que je ne rapporte que les faits mis en preuve devant les tribunaux. C’est à vous de juger, si tel est votre désir. Cependant, je suis heureux qu’on ait aboli la peine capitale, qu’on ait adopté la Déclaration canadienne des droits de la personne, qu’on ait adopté la Charte canadienne des droits et libertés, qu’on ait modifié le Code criminel et que grâce à l’aide juridique, les justiciables moins fortunés puissent se faire assister par un avocat. Toutefois, je vous fais remarquer que Coffin n’était pas obligé de faire cette déclaration et encore moins de la signer

Anonyme a dit...

Contrairement à ce que dites, 007, ça devait drôlement faire son affaire, Coffin, de signer cette déclaration. En effet, il avançait des explications qui, pensait-il, allaient le disculper. Il était loin de se douter qu'au même moment, à Montréal, sa concubine y allait d'un statement qui renversait comme des quilles ses savantes explications. C'est comme ça que les flics l'ont eu: pas par la brutalité, comme vous dites, mais en le laissant se peinturer dans le coin.
Phil Lafrance

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Vous avez oublié les merveilleuses révélations obtenues lors des procès de l'inquisition.
Sans parler des aveux sous la torture du hezbollah , du Mossaad,
des services secrets lybiens.
C'est vrai qu'on est gâté par ici,
on utilise le dictionnaire , l'annuaire de téléphone, c'est prodigieux ce qu'on est affable lors des interrogations un peu musclées.
Et là, je ne soulève même pas les méthodes utilisées avec sa concubine anglaise , protestante et mère d'un fils illégitime d'un présumé meurtrier de la pire espèce.
Souvenons nous du procureur qui proclamait n'avoir jamais vu ou entendu pire crime depuis le début du monde
007

Anonyme a dit...

Il faut reconnaître que 07 est tenace. Il est le dernier défenseur de Coffin à se manifester. Il est seul et désemparé. L'expert Alain ne vien pas à son secours. Même s'il se fait tasser dans le coin par Phil Lafrance, il faut admirer son courage.
G. Hogue

Anonyme a dit...

Il y a eu les deux jeunes avec la boîte de carton contenant des spiritueux. Puis il y a eu la déclaration statutaire signée sous la menace de coups d'annuaire de Bell.
Quel prochain pétard mouillé va nous allumer l'amusant 007?

Anonyme a dit...

Blogger est tombé en panne pendant un bon moment. Ce qui a donné à 07 le dernier mot. Mais je dois lui rappeler que Coffin a dit à son père qu’on le traitait bien. Coffin ne s’est jamais plaint de mauvais traitements. C’est John Edward Belliveau qui le premier a décrit les mauvais traitements que Coffin aurait subis. Hébert l’a copié. 007 s’inspire peut-être de ces auteurs.

Ben Girard

Anonyme a dit...

Bravo, Ben Girard! 007 est de ceux qui, voulant à tout prix innocenter Coffin, disent n'importe quoi. Leur démarche est pour le moins intellectuellement malhonnête.

Clément Fortin a dit...

Ben Girard,
Vous avez raison. Il a été mis en preuve à l’enquête préliminaire que Coffin a dit à son père qu’on le traitait bien. Sa mère (à l’enquête préliminaire et devant la Commission Brossard), sa sœur (devant le jury) et son frère Donald (devant la Commission Brossard) ont été cités à témoigner. Il n’a jamais été question de mauvais traitements à l’endroit de Wilbert Coffin. Plus encore, le sergent Doyon l’a hébergé dans son salon parce qu’il était d’avis que la prison n’était pas assez salubre pour y emprisonner son ami Coffin. On est bien loin de l’Inquisition, de l’annuaire du téléphone…

Anonyme a dit...

Me Fortin:
007 se fait une fois de plus "boucher ben raide". De 007 à l'historien Pascal Alain, en passant par Lew Stoddard, je commence à me demander s'il y a des gens intelligents chez les défenseurs de Coffin.

Anonyme a dit...

c'est toute une riposte Me Fortin, que vous venez de servir à 007. On voit qu vous connaissez le dossier coffin sur le bout du doigt. On ne peut en dire autant de 007 et des diffuseurs de ragots de son acabit. Merci d'être là pour stopper ces calomniateurs formés à l'école de Jacque Hebert.
M. Bergeron (Laval)

Anonyme a dit...

Remember Coffin's word,''don't worry dad , they're not man enough
to break me .
J'aime bien aussi me rappeler que lors d'un de ces interrogatoires musclés Coffin s'est levé de sa chaise , a empoigné son tortionnaire et l'a reviré, cul par dessus tête ,comme on lui avait montré quand il était à l'Armée. Ha!Ha1Ha!
007

Anonyme a dit...

M.Bergeron,

Me Fortin ne pourra jamais stopper l'opinion publique dont font partie les défenseurs de Coffin.
Plus de cinquante années ont passées et l'opinion publique n'a pas changé d'un iota.Coffin est innocent des meurtres qu'on lui a reprochés.
Me Fortin n'a apporté rien de nouveau à cet affaire sauf de faire connaître,médiatiser, les écrits de l'enquête Brossard,
rapport qui est lui-même à la base de tout cet imbroglio.

Clément Fortin a dit...

007,
Citez vos sources. Dans les liasses de documents que je possède sur l'affaire Coffin, il n'a jamais été question de cette « empoignade » que vous rapportez. Je serais heureux d'ajouter à ma collection un document prouvant ce fait. Envoyez-moi ce document au plus tôt. Merci
Je vous rappelle que, dans l’armée, Coffin était cuisinier. Il a occupé la même fonction à l'auberge de son ami Baker.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
L'empoignade dont je fais mention est citée dans le livre de Mr. Alton Price , votre bon ami ,qui lui, a fait des investigations sur le terrain, a rencontré des gens locaux ,des policiers autres que ceux dont vous vantez les mérites,
en un mot , qui a fait le détective, le chercheur. Il ne s'est pas contenté comme vous d'ouvrir le Rapport de la Commission Brassard et d'en recopier le texte.
Vous semblez manquer de respect pour cet homme très dévoué à la cause.
Quant à Coffin,c'était un militaire qui même s'il était cuisinier avait fait tout son entraînement régulier de soldat.
Les batailles d'Italie et en particulier celle de Monte Cassino
où il participa n'ont aucune ressemblance avec les débats des prétoires sont vous êtes plus familier.
007

Anonyme a dit...

Tiens, l'empoignade, la dernière invention de cet étrange 007. Il n'en finit plus d'être fou, celui-là.
Maryse

Clément Fortin a dit...

Je suis en train d’écrire mon troisième docu-roman. Il porte aussi sur une affaire judiciaire. Pour les écrire, je fais de la recherche sur le terrain. Ce faisant, j’ai constaté combien de ragots circulaient. J’ai appris à me méfier de l’information qu’on recueille sur le terrain. L’expérience m’a enseigné que des témoins pouvaient me raconter une version des faits, mais dès qu’ils étaient invités à la barre des témoins, et assermentés, ils en racontaient une autre. Je vous rappelle néanmoins que je ne fais pas d’enquête policière. Ce n’est pas de ma compétence. C'est pour cette raison que je m'en tiens aux faits qui ont été mis en preuve devant les tribunaux
Sachez, par ailleurs, que j’ai beaucoup de respect pour Alton. Il a fait un travail honnête et au mieux de ses habiletés.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Si vous respectez Mr Price comme vous dites, pourquoi ne lisez vous pas son livre ? Il contient d'autres versions, d'autres témoignages très intéressants.
C'est pour quand ce nouveau livre?

Clément Fortin a dit...

Je sais que je n’arriverai pas à convaincre tout le monde. Tout ce que j’ai voulu, en créant ce blogue, c’est de rendre publics les faits qui avaient été cachés par Jacques Hébert. Dans quel état vivrions-nous, si les décisions judiciaires devaient être prises selon l’opinion publique? Les maisons de sondage remplaceraient-elles les tribunaux? Dans une émission d’ENJEUX de Radio-Canada, sur Le mystère Coffin, j’ai entendu Jacques Hébert suggérer de faire un sondage. Venant de Jacques Hébert, je n’en ai pas été étonné.
À l’occasion de l’exécution de Ben Laden, la Maison-Blanche s’est demandé si elle devait publier des photos du macchabée. Certains ne croiront jamais qu’il est décédé, a-t-on souligné. D’autres clameront que c’est un montage… Et cet événement s’ajoutera à l’assassinat de Kennedy, Lady Di, 9/11, etc. On ne changera jamais la nature humaine. C’est une réalité que j’accepte volontiers.

Anonyme a dit...

007,
Vous ne savez plus où donner de la tête. Vous foncez dans toutes les directions, sans jamais répondre des accusations et des ragots que vous lancez effrontément et qui sont, la plupart du temps, des reprises du Toronto Star. Vous nous avez fait rigoler avec votre histoire de boîte de carton, empruntée à Alton, justement. Vous êtes ensuite revenu avec l'annuaire téléphonique. Vous n'avez aucune crédibilité. Vous n'êtes qu'un amuseur public. VOUS VOUS DÉFILEZ SANS ARRÊT. Je vous le répète: Coffin n'a pas vu venir le coup. Il était loin de se douter qu'au moment où il signait sa déclaration statutaire, laquelle, pensait-il, allait l'innocenter, sa concubine y allait d'un statement qui étalait comme des dents cariées sa rangée de mensonges. C'est comme ça que les flics l'ont eu: pas avec votre livre du Bell, mais en laissant ce pauvre Coffin se tirer dans le pied. Sa concubine l'a contredit. Cela a été prouvé devant une cour de justice canadienne.
Phil Lafrance

Anonyme a dit...

007 essaie de faire accroire aux gens qui n'ont pas lu la déclaration statutaire de Coffin qu'il s'agit d'une confession, obtenue de surcroît par la force. Cré 007, va!

Anonyme a dit...

You're all ganging up on 007. That's not fair. He's just doing his best.
Bill

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Je visite votre blogue assidûment. J’ai lu des commentaires de tous les acabits. Je m’explique maintenant la bêtise de certains d’entre eux. Le croiriez-vous? Des gens de Berthier-Maskinongé ont élu une députée qu’ils n’avaient jamais vue ni entendue. Moi j’aurais honte d’être de cette circonscription. La bêtise ne connaît pas de limites.
P. Martel

Anonyme a dit...

à P.Martel,
Vous avez raison mon brave, la bêtise ne connait pas de limites;
de fait, elle s'est étendue à toute une province de gens comme vous,mal informés,mal conseillés,
mal menés,par un petit groupe de
Jos Connaissant,qui se faisaient réélire depuis vingt ans à conter
toujours les mêmes menteries aux mêmes béatement croyants en leur parole,LA PAROLE .

Anonyme a dit...

Merci Bill for your support,why don't you gang up with me against
the few of them heretics.

Anonyme a dit...

20 h 43,
Quelles âneries sous le couvert de l'anonymat. Soyez pertinent!
P. Chaput

Anonyme a dit...

I don't agree, Bill.
007 is just speading more shit on the case.
Billy

Anonyme a dit...

007,
Permettez-moi d'ajouter à ce que j'ai dit l'autre jour concernant le fait que Coffin pensait s'innocenter avec sa déclaration. La police l'a planté non seulement en opposant à cette déclaration le statement de sa concubine, mais en repassant dans ses traces entre Gaspé et Montréal. Dans sa déclaration, en effet, Coffin raconte qu'il n'a pas flâné en chemin ni beaucoup dépensé. Or, comme l'enquête l'a démontré, c'est EXACTEMENT LE CONTRAIRE qui s'est produit, Coffin s'arrêtant et dépensant partout, dans les hôtels, dans les garages, chez des habitants, etc.
Phil L.

Anonyme a dit...

Billy boy,
If Coffin had had a lawer during his problems from the beginning with the Justice , he wouldn't had been hanging on a rope.And if you keep shutting your mouth as you
suggest you'l never get his name cleared . So, help those who want to do something or shut up.
007

Anonyme a dit...

AIDWYC n'aura pas la tâche facile. Ils vont devoir choisir entre le Cabot d'Alton Price et les deux tueurs de la jeep mystérieuse de Jacques Hébert. À moins, comme l'a dit un commentateur, que les chasseurs aient été tués deux fois, même trois en comptant les tueurs identifiés par Stoddard! Ce matin-là, les astres n'étaient pas alignés en faveur des chasseurs pennsylvaniens. Ils se sont faits tuer trois frois, en plus de se faire voler leurs sirop d'érable et leurs culottes par Coffin!

Anonyme a dit...

You are a smart man, Phil. You really understand the case.
Bill

Anonyme a dit...

007
Even if Coffin had had a lawyer, he had sworn in his Statutory Declaration that he was telling the truth and therefore could not justify his lies.
Billy

Anonyme a dit...

Coffin est un fieffé menteur. Il ne dit pas un mot dans sa déclaration statutaire de tous les gens qu'il a rencontrés et payés durant son voyage entre Gaspé et Montréal.

Anonyme a dit...

Pourquoi mentait-il comme ça? Parce qu'il était coupable, pas plus compliqué que ça. Un mensonge, ça passe. Mais pas mensonge après mensonge. Coffin a menti à sa femme, à sa mère et à la police. Il était vraiment coincé.
M.B. Montréal

Anonyme a dit...

Si Coffin n'a rien dit des personnes , des lieux, des incidents qui sont subvenus durant son voyage de Gaspé à Montréal,
c'est que cà n,avait aucune importance pour lui, NI POUR LES ENQUÊTEURS À CE MOMENT, LE 6 JUIN.
C'est par la suite, que la poursuite a déployé toutes ses forces pour écumer tous les mouvements de son seul coupable possible pour trouver quelque chose , n'importe quoi , pour justifier une accusation, RENDRE L'AFFREUX COUPABLE ANTIPATHIQUE À L'OPINION PUBLIQUE.
Même avec la déclaration statutaire en main,il n'y avait aucune justification à accuser Coffin de quoi que ce soit, même de vol.
Le jugement des jurés au moment de l'enquête préliminaire était que Coffin devrait être relaché , pas accusé de rien, c'est là que les pressions indues et l'ingérance du procureur de la Couronne dans les procédures normales d'une enquête préliminaire ont faussé le cours normal de la mise ou non en accusation.
Sans cet intervention , il n'y aurait eu aucune accusation contre Coffin.
Le procureur a agi en fonction de ridiculiser les jurés, en les mettant en garde que même si eux , ces pauvres d'esprit , ne mettaient pas Coffin en accusation, lui le savant procureur , le ferait,AVEC OU SANS EUX.
L'enquête des policiers se serait poursuivi et les vrais coupables auraient été probablement trouvés et traduits en justice.
007 qui défie Me Fortin de prouver le contraire,même avec tous ses documents d'époque, c'est de notoriété publique.
007

Clément Fortin a dit...

007,
Selon le droit pénal, tout ce qui se dit ou se fait à l’enquête du coroner n’a aucune espèce d’influence sur le procès devant le jury.
Lisez ou relisez l’un de mes billets sur l’enquête du coroner. Cliquez sur le lien suivant :
http://fortinclement.blogspot.com/2010/05/enquete-du-coroner-dans-laffaire-coffin.html
C’est libre à vous d’interpréter à votre guise les faits et le droit pertinents à cette affaire. Toutes les questions que vous soulevez ont été étudiées par la Commission Brossard et j’ai publié son rapport sur ce blogue.

Anonyme a dit...

007 qui encore délire.
Maryse

Anonyme a dit...

Maryse,
Il faut laisser du temps à 007. Avec toutes les explications que Me Fortin lui donnent, il finira peut-être par comprendre. Et même qu'il faut lui reconnaître le droit de ne pas comprendre.
P. Hogue

Anonyme a dit...

Moi, je pense que les électeurs de Berthier-Maskinongé ont voté par écoeurement.

Anonyme a dit...

Maryse,
P. Hogue a raison. 007 finira bien par comprendre, comme son maître à penser Lew Stoddard.
M.B.

Anonyme a dit...

Maryse,
Malgré ses propos incohérents, 007 semble être une personne intelligente. Il lui suffirait d’oublier un moment ses préjugés envers la justice des hommes. Comme elle, elle est imparfaite, mais joue un rôle indispensable dans notre société. Elle devrait oublier sa lecture des livres de Jacques Hébert et étudier avec objectivité les faits et la preuve soumis au jury dans cette affaire.
Pierre

Anonyme a dit...

M.Hogue,
Comprendre, c'est concevoir, admettre par l'esprit,dans le cas qui nous occupe,que Coffin est le coupable et le seul ,de l'assassinat de trois chasseurs à l'affût, armés jusqu'aux dents,aux aguets du moindre bruit
indiquant la présence d'ours féroces dans leur proximité plus ou moins rapprochée dans une forêt sauvage,pratiquement inextricable de la Gaspésie. Et je connais parfaitement le coin, j'y habite et j'y chasse depuis nombre d'années.
Je comprend le vol d'objets dans une camionnette abandonnée et je rejette la notion de possession récente comme abusive dans son utilisation AT LARGE pour condamner un homme à la potence sans autres preuves importantes et indéniables, comme des témoins occulaires ou la possession de l'arme du crime .
007

Clément Fortin a dit...

007,

La preuve démontre que ces « chasseurs armés jusqu’aux dents », comme vous le dites, n’étaient pas aux aguets, car celui qui les a tués leur était connu. Pour ce qui est de la férocité des ours, vous savez sûrement, étant vous-même un chasseur, qu’outre le grizzli, nos ours s’attaquent rarement aux humains. J’ai pêché la truite au réservoir de la Bersimis. Nous tendions de gros brochets sur la corde à linge pour les attirer. Ils mettaient quelques jours à sentir ce festin. Je fais du vélo sur la piste du Petit-Train-du-Nord. Il s’y trouve beaucoup d’ours. J’utilise une clochette. Par ailleurs, la doctrine de la possession récente fait partie du droit pénal canadien depuis des lustres. Aurait-il fallu faire une exception pour Coffin? Et n’oubliez pas toute la preuve circonstancielle qui a été établie contre Coffin. Vous savez qu’une preuve indirecte est plus difficile à établir qu’une preuve directe. Relisez dans mon livre l’exemple que je donne à cet égard. Dans l’affaire de Lyon, on avait condamné un homme selon une preuve directe. Quelqu’un l’avait vu commettre son forfait. Plus tard, on s’est rendu compte que c’était son sosie qui avait commis ce crime. La preuve directe avait menti.

Anonyme a dit...

Me Fortrin,
Je vous trouve très patient avec 007. On voit que vous avez été professeur.
P. Hogue

Anonyme a dit...

007 remet en question la doctrine de la possession récente. Il s'en prend rien de moins q'aux mathématiques, car cette doctrine a un fondement statistique. Faut le faire.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Avez-vous remarqué que sur certaines photos en gros plan du visage de Coffin,la ressemblance avec Maurice Duplessis est frappante.
On pourrait croire que c'est un sosie mais , selon un de mes amis,
ex-membre de la Sureté du Québec,
Coffin serait le fils illégitime de Duplessis,de là, l'intransigeance du Premier ministre à son endroit .
Comme Abraham il a sacrifié son propre fils sur l'autel de la Justice
007

Anonyme a dit...

J'étais plutôt sympathique à 007, car je pense comme lui sur certains points. Mais je m'aperçois (post 23,06)comme sûrement beaucoup d'autres qu'il vient de basculer dans la folie.

Anonyme a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Anonyme a dit...

Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "LE TÉMOIN EXPERT PASCAL ALAIN A-T-IL PRÉSENTÉ LA P..." :

Depuis longtemps qu'il présentait les signes d'un homme bizarre.

Envoyé par Anonyme à Clément Fortin le 24 mai, 2011 10:06

Anonyme a dit...

Attendez, attendez! 007 peut enccore retomber sur ses pieds et nous faire la surprise de propos intelligents
P. Hogue

Anonyme a dit...

007 parle de chasseurs "armés jusqu'aux dents". C'est une expression utilisée abondamment par Jacques Hébert. Dis-moi qui tu lis et je te dirai qui tu es.

Anonyme a dit...

Je m'ennuie de Stoddard. Quelqu'un a des ss nouvelles?

Anonyme a dit...

007 est k.o. Il a épuisé tous ses ragots.
P. Hogue

Anonyme a dit...

Ici Ti-Jean, l'incroyable Ti-Jean le Kébécois.
L'ami 007 parle d'ours féroces menaçant les chasseurs. Mon analyse me porte à croire qu'ils menaçaient surtout Coffin, qui avait volé le sirop d'érable des chasseurs. C'est peut-être pour ça qu'il est vite sorti du bois: pour échapper aux ours qui lui couraient après! Autrement dit, Coffin fuyait à la fois la Justice et les amateurs de sirop d'érable que sont les ours.

Anonyme a dit...

Stoddard ne reviendra pas. Lui aussi, il a épuisé tous ses ragots.
L'arrivée de Me Fortin dans le dossier en a dérouté plus d'un. Au conte pour enfants de Jacques Hébert il a opposé la déclaration statutaire de Coffin.

Anonyme a dit...

Stoddard ne reviendra pas. Lui aussi, il a épuisé tous ses ragots.
L'arrivée de Me Fortin dans le dossier en a dérouté plus d'un. Au conte pour enfants de Jacques Hébert il a opposé la déclaration statutaire de Coffin.

Anonyme a dit...

Ti-Jean, avec son histoire de sirop d'érable, vient de soulever une hypothèse intéressante. Les ours étaient plus intéressés par le sirop que par les chasseurs. Ca c'est indéniable. Attendons maintenant la réaction de 007.
B. Girard

Anonyme a dit...

Il est tout à fait à prévoir et ceci va dans l'ordre des choses à régler sans appel dans les mois qui viennent que le gouvernement majoritaire de Mr Harper s'ingéniera à rabaisser le caquet de ce petit premier ministre ultra nationaliste que fut Maurice Duplessis,aussi mort fut-il et de ses prcureurs coupables d'exactions au nom de la grandeur des dignes représentants de la Reine ici en Canada, ingrate possession de l'Empire.

Qu'un sujet britanique, digne descendant des Loyalistes, ait été traité de la sorte par de pleutres lieutenants francophones dépasse les bornes du flegme royaliste et
que ce jugement,même entérimé d'une autorité royale par des voies
malveillantes au respect monarchique soit cassé de manière définitive et que ses adeptes soient mis au ban de facon posthume.
Pour ce qu est de ses défenseurs contemporains , ceux-là seront déchus de la nationalité canadienne et considérés comme apatrides, citoyens de caste inférieure , de québecquois , de rebels, d'agitateurs d'une importance mineure qu'il faudra
réhabiliter si possible ou
réduire sinon à leur plus simple expression.
007

Anonyme a dit...

T'es pu drôle 007. T'es même plate à mort.

Anonyme a dit...

007 a pété les plombs.

Anonyme a dit...

007 dans son délire a peut-être raison. Avec l’avènement d’un gouvernement conservateur majoritaire, AIDWYC pourrait en profiter pour obtenir la révision de l’affaire Coffin.
C. Desrosiers

Anonyme a dit...

Bon débarras 007. Il n'apportait rien au dossier, juste du délire et des ragots. Revenons aux choses sérieuses. Me Fortin, puis-je vous demander comment vous avez pu mettre la main sur la Déclaration statutaire de Coffin. Était-elle disponible au moment où J. Hébert a écrit ses livres? Pourquoi n'en at-il pas jamais parlé? Ignorait-il son existence?
Je vous pose ces questions car je suis très intrigué par le fait que personne en 50 ans n'a parlé de ce document clé.
Merci
F. Laliberté, Montreal

Clément Fortin a dit...

Monsieur Laliberté,
Vous n’êtes pas le seul à être intrigué par le fait que personne en plus de 50 ans n’a parlé de ce document clé. Une première lecture des transcriptions sténographiques du procès de Coffin devant le jury de Percé me laissait perplexe. Je n’étais pas trop certain d’y comprendre quelque chose. J’ai poursuivi mon étude en lisant le dossier de l’enquête préliminaire. C’est là qu’une bougie s’est allumée. J’y ai découvert dans la liste des pièces versées au dossier de la cour, la pièce P-22. C’était une déclaration statutaire faite par Coffin. Le musée de la Gaspésie en avait une copie. Au fait, il avait tout un dossier que lui avait confié le juge Blanchard. Celui-ci avait été procureur de la Couronne dans le procès de Coffin. J’étais à la recherche de ce document quand l’équipe d’ENJEU a communiqué avec moi. Elle préparait une émission intitulée Le mystère Coffin. Je leur ai dit que je ne pouvais pas donner une entrevue sans avoir pris connaissance de ce document. On m’en a fait parvenir une copie. Et l’été venu, je me suis rendu à Percé pour prendre connaissance de tout le dossier. À Bibliothèque et archives du Canada, il y a aussi un dossier volumineux que j’ai consulté pendant une semaine. Il comporte aussi une copie de cette déclaration. Dès lors, ma réflexion sur l’affaire Coffin a fait un virage à 360 degrés. J’ai été étonné aussi de constater que les avocats qui représentaient Jacques Hébert devant la Commission Brossard, Pierre Elliot Trudeau et le criminaliste Raymond Daoust, ne semblent pas en avoir pris connaissance. Le seul écrit que j’ai lu au sujet de cette déclaration statutaire se trouve dans le rapport de la Commission Brossard.

Anonyme a dit...

Merci beaucoup pour votre explication, M. Fortin. Si je comprends bien, vous êtes le premier, avec l'équipe d'Enjeu, à avoir mis cette pièce à jour.
Les défenseurs de W. Coffin ont beaucoup parlé au cours des ans d'une conspiration du système politique, policier et judiciaire contre Coffin. C'est à se demander si ce ne sont pas eux qui ont conspiré pour que la pièce P-22 si compromettante pour Coffin soit tenue cachée. Je n'en reviens pas.
Merci encore.
François Laliberté

Anonyme a dit...

Pourquoi le contenu de la pièce P-22 n'a-t-il pas été transmis à la connaissance des avocats de Coffin
avant l'enquête préliminaire.
La divulgation de la preuve , de la Poursuite à la Défense n'est pas récent dans le code criminel ?
Pourquoi la Couronne a-t-elle caché ce document ?

Anonyme a dit...

Jacques Hébert était un très mauvais journaliste. Probablement qu'au moment où il a écrit ses livres il ne savait rien de la P-22. Puis plus tard quand il a appris son existence, il s'est fermé les yeux.

Clément Fortin a dit...

Je ne sais pour quel motif vous posez cette question. Une enquête préliminaire est publique. La Couronne fait sa preuve devant la défense. Et la défense a été mise au courant de l’existence de ce document. Relisez le rapport Brossard sur ce sujet. En particulier, relisez le témoignage des avocats de Coffin.

Anonyme a dit...

Les avocats de Coffin connaissaient l'existence de la P-22. C'est pour ça qu'ils n'ont pas présenté de défense et c'est pour ça également qu'ils se sont montrés aussi peu combatifs tout au cours du procès. Ils avaient l'épée de la P-22 au-dessus de leurs têtes.

Anonyme a dit...

Mais quel est cet imbrogliio que vous entretenez Me Fortin ?
Relisez votre texte.

J’ai été étonné aussi de constater que les avocats qui représentaient Jacques Hébert devant la Commission Brossard, Pierre Elliot Trudeau et le criminaliste Raymond Daoust, ne semblent pas en avoir pris connaissance. Le seul écrit que j’ai lu au sujet de cette déclaration statutaire se trouve dans le rapport de la Commission Brossard.

Moi , ma question c'est À L'ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE DE WILBERT COFFIN,( PAS À LA COMMISSION BROSSARD LORS DE L'INTERROGATOIRE DE HÉBERT 10 ANS PLUS TARD ) LA COURONNE AVAIT-ELLE DIVULGUÉ CETTE P-22 À LA DÉFENSE ?
OUI OU NON ?

Clément Fortin a dit...

L’imbroglio est dans votre tête. Il tient au fait que vous n’avez pas lu la documentation qui vous est pourtant accessible. J’ai présumé que vous aviez des connaissances élémentaires sur le déroulement d’un procès criminel. Dans mon livre, je consacre un chapitre à l’enquête préliminaire. Allez, de grâce le lire avant d’en discuter davantage. En quelques lignes, je ne peux évidemment pas suppléer au manque d’information dont vous semblez souffrir. Si vous connaissiez le moindrement le déroulement de l’enquête préliminaire, vous ne poseriez pas cette question. C’est à l’enquête préliminaire que le juge décide, après avoir entendu la preuve de la Couronne, s’il y a matière suffisante pour envoyer un prévenu subir son procès. Dans le cas Coffin, le juge Duguay a pris connaissance de la déclaration statutaire et a même demandé qu’une preuve de voire dire soit faite. Elle a été faite par les procureurs de la Couronne démontrant que la déclaration statutaire que Coffin a faite le 6 août 1943 l’a été librement, volontairement, sans contraintes, sans promesses, etc. Il y a aussi le juge Brossard qui se penche sur toute cette question. Vous pouvez le lire presque en entier sur ce blogue. Vous avez accès à toute l’information nécessaire pour comprendre qu’il n’y a pas l’ombre d’un imbroglio dans cette affaire.

Clément Fortin a dit...

Correction
1953 et non 1943

Anonyme a dit...

Bravo, Me Fortin!
Vous savez quoi répondre aux juristes amateurs!
Ti-Jean, l'incroyable Ti-Jean le K.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Tout comme Me Maher s'adressant au juge Duguay lors de l'enquête préliminaire, je serais tenté de vous souligner que:
au nom de ma défense,je dois exciper respectueusement de votre jugement.
Vous me direz sûrement'C'est votre droit, monsieur.

Clément Fortin a dit...

21:02
Je constate que vous avez lu mon livre. Vous n'êtes pas obligé d'être d'accord. Je répète que je ne rapporte que les fait soumis au tribunal selon la loi.

Anonyme a dit...

Me Fortin:
Pourquoi la Justice, attaquée pendant 50 ans par les défenseurs de Coffin ne s'est jamais défendu en rendant public la P-22? Merci.
A.F.

Clément Fortin a dit...

A.F.,
Vous avez sans doute remarqué qu’un juge ne commente jamais ses décisions sur la place publique. Jacques Hébert le savait. Aussi, je l’ai vu et entendu à une émission de Radio-Canada Les couche-tard ridiculiser le juge Brossard et le procureur de la Commission.
Les journalistes auraient pu prendre connaissance de l’existence de ce document dans le rapport du juge Brossard qui en explique la portée dans un langage compréhensible pour tous. Les journalistes se sont plutôt intéressés aux pitreries de Jacques Hébert. Vous voyez que peu de choses ont changé depuis.

Anonyme a dit...

Les journalistes de l'époque n'auraient peut-être pas compris. Ils avaient peu d'années de scolarité. Pis c'étaient pas des choses qui les intéressaient. C'est probablement pour cette raison que la pièce P-22 ne les a pas intéressés.

Anonyme a dit...

Les journalistes de l'époque n'étaient pas surveillés. C'est vrai. Et pourtant la surveillance dont ils font aujourd'hui l'objet n'a pas empêché le gros journal La Presse de donner dans le jaunisme et la désinformation, il y a une couple d'années, quand est sortie l'affaire Cabot.
Changement de sujet, pourquoi ne pas intenter une poursuite à la succession Jacques Hébert pour les frais encourus par l'enquête Brossard?
Personne à l'époque n'était vraiment surveillé. avaient

Anonyme a dit...

Me Fortin,
D'après vous, le dossier Coffin à Percé et celui aussi à la Bibliothèque et Archives à Ottawa ont-t-ils été consultés par bien des chercheurs, en particulier par Alton Price et Pascal Alain?
Joe le Curieux

Clément Fortin a dit...

C'est une question que j'ai posée aux archivistes de Rimouski, de Gaspé, de Québec et d'Ottawa. Je crois qu'ils n'aimeraient pas que je vous communique leurs réponses.

Clément Fortin a dit...

En 1980, Jean-Claue Labrecque, en suivant les conseils de Jacques Hébert, a tourné un film sur l’affaire Coffin. Ce film a été bien reçu par le public. Profitant de ce nouvel élan que le film donnait à l’affaire Coffin, Hébert a aussitôt réédité son pamphlet J’accuse les assassins de Coffin. Il en profité pour ajouter Une petite autopsie de l’affaire Coffin et Trois jours en prison. Étonnamment, Paul Miquelon, le procureur de la Couronne (devenu juge de la Cour supérieure) est intervenu après avoir visionné le film de Labrecque. Lisez les journaux de l’époque. Il y aurait du matériel pour écrire un autre livre. Mais rien de bien flatteur pour la nation québécoise. Laurendeau avait écrit dans le Devoir : « Le Québec n’est pas une province comme les autres, juste un peu plus bête. » Je le cite de mémoire.

Anonyme a dit...

Hébert ignorait l'existence de la pièce P-22. Il a admis devant la Commission BRossard ne pas avoir tout lu le dossier de la cour. De toute façon, ces documents ne l'inéresaient pas.
B. Girard

Anonyme a dit...

Je suis d'accord avec l'idée de poursuivre la succession Jacques Hébert en justice. Cet homme a coûté une petite fortune aux contribuables.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Moi je pense que c'est une idée farfelue de vouloir poursuivre la succession de Jacques Hébert. Ses liqudateurs ont sûrement demandé un certificat de décharge, ont fait un inventaire et fait les publications d'usage dans les journaux. Les héritiers seraient exempts de toute poursuite de ce genre. Mais j'ignore si on pourrait faire une telle poursuite.
Pierre

Anonyme a dit...

À défaut de poursuivre la succession, ce qui est en effet quelque peu farfelu, il y a peut-être lieu de faire une demande au Conseil de presse du Québec pour une réprimande posthume du travail journalistique d'Hébert.
Ti-Jean le Kébécois, qui attend impatiemment la saison des fraises

Anonyme a dit...

Bonne idée, Ti-Jean. On va demander à 007 ce qu'il en pense.
P. Bégin

Anonyme a dit...

Me fortin,
Es-il possible d'avoir des gens d'une certaine qualité d'esprit sur votre blog ?
Les trois ou quatre qui s'expriment sont vraiment débiles .

Anonyme a dit...

007
Je pense que vous êtes en tain de virer sur le top.
Vous me faites penser aux Américains qui se poursuivent l'un l'autre pour des foutaises.
Demandez vous , avez vous les moyens , bande de trous du cul faire de même ?
cherchez donc le positif dans ce qui nous occupe présentement et fermez vos gueules pour le reste , vous n’en avez pas les moyens

Anonyme a dit...

Cette colère de quelques commentateurs à l'endroit de Jacques Hébert est peut-être farfelue, mais elle se comprend. Jacques Hébert a écrit des livres sur une cause qu'il ne connaissait même pas.

Anonyme a dit...

Il ne fait maintenant aucun doute que Jacques Hébert nous a tous délibérément trompés. Opportuniste, à son retour d'Afrique, il a vu dans l'affaire Coffin, une excellente occasion de se lancer en affaires avec son journal VRAI et ses pamphlets sur Coffin. Il a conquis aisément une flopée de naïfs. P.T. Barnum, du fameux cirque Barnum & Bailey, a dit: "There's a sucker born every minute." Hébert le savait.
Celui qui trouve qu'il n'y a pas un haut niveau intellectuel sur ce blogue devrait nous édifier par ses propos sûrement très éclairés et surtout intelligents.
B. Gougeon

Anonyme a dit...

Grâce à vous, Me Fortin, de plus en plus de Canadiens se libèrent de Jacques Hébert et de sa machine à ragots. En tête de liste des suckers leurrés par Hébert: Alton Price, Pascal Alain, Jean-Claude Labrecque, Lew Stoddard, la Commission de la capitale nationale, Eisabeth Widner.

Anonyme a dit...

Je viens d'aller voir sur le site d'AIDyC l'article et photos sur Coffin. L'article rend hommage à Jacques Hébert... Faut le faire!

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Coffin a signé une déclaration statutaire et sa maîtresse un "statement." Quelle est la différence entre les deux? Merci de m'expliquer.
J. Tremblay
Québec

Clément Fortin a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Clément Fortin a dit...

Monsieur J. Tremblay,
La Déclaration statutaire que Coffin a faite le 6 août 1953 l’a été en utilisant une formule que le ministère de la Justice met à la disposition des policiers. Cette formule est aussi utilisée à d’autres fins. Le gouvernement fédéral l’utilise pour certains contrats de constructions, par exemple. Je vous renvoie à la page 372 de l’ANNEXE B de mon livre. Lisez la déclaration statutaire faite par Coffin. La fin du texte se lit comme suit : « Et je fais cette déclaration solennelle, la croyant consciencieusement vraie et sachant qu’elle a le même effet que si elle était faite sous serment, sous l’empire de la Loi de la preuve au Canada. » Ce texte sert aussi de mise en garde. Une fausse déclaration est passible de poursuites pénales en vertu du Code criminel. À titre d’exemple, le parjure est un acte criminel passible d’emprisonnement. Coffin a fait cette déclaration statutaire devant un juge de paix et l’a signée en sa présence.
Je vous renvoie maintenant à l’ANNEXE C de mon ouvrage, à la page 379. Vous pouvez y lire le « statement » de Marion Petrie. La déposition de Marion Petrie a été faite en anglais. Dans cette langue, on a donné le nom de « statement » à la déposition qu’elle a faite. J’ai tout au long de ce blogue utilisé le mot « statement » pour faire la distinction entre une « déclaration statutaire » faite selon la formule prescrite et une autre « déposition » sans cette formalité. Marion Petrie a signé ce « statement » devant les policiers Raoul Sirois et J.A. Matte. Apparaît aussi la signature d’un nommé J.E. Généreux, un employé des Chemins de fer nationaux, qui a dactylographié cette déposition. Lisez le témoignage de Marion Petre aux pages 286 et suivantes de mon livre. Pour l’interroger, le procureur Miquelon s’est basé sur le témoignage qu’elle avait rendu à l’enquête préliminaire et aussi sur sa déposition du 6 août 1953. Remarquez que Coffin a fait sa déclaration sous serment tandis que Marion Petrie l’a signée seulement devant trois témoins.

Anonyme a dit...

Me Fortin,
Où avez-vous trouvé le "statement" de Marion Petrie? Pourquoi deux formules différentes?
B. Paquette

Anonyme a dit...

Il vous arrive de supprimer certains messages. Ce n'est certainement pas des colles, parce que vous connaissez le dossier et savez quoi répondre. Ce sont sans doute des messages haineux venant de défenseurs de Coffin genre 007que vous avez rendus fous.
Merci de votre travail et bonne continuation.
Un visiteur assidu

Clément Fortin a dit...

J'ai trouvé le "statement" de Marion Petrie au Centre d'archives du Musée de la Gaspésie. On m'a autorisé à le publier. Je l'ai traduit en français et vous pouvez le lire à l'ANNEXE C de mon livre.

Clément Fortin a dit...

Au visiteur assidu,
Il m'arrive à l'occasion de supprimer des messages non pertinents ou injurieux. Pour le reste, je donne la chance à tout le monde de s'exprimer. Je publie mêmes des âneries. En revanche, je suis souvent étonné de la justesse de propos exprimés par certains visiteurs. Ils ont compris les difficultés de l'affaire Coffin. Je m'en réjouis.

Anonyme a dit...

Félicitations Me Fortin,
Vous savez répondre aux naifs, aux niais ,aux smarts , aux pas aussi fou qu'on peut le penser.
Beau blog Me Fortin , mais cà manque de piquant de ce temps-ci.
Pourquoi ne pas revenir sur la disparition subite de Bill Baker,
du silence du coroner l'ayant examiné,de l'embaumeur l'ayant préparé , c'est vrai que cà ne fait pas partie du rapport Brossard donc motus et bouche cousue.
C'est drôle, tous ces Baker sont disparus de Gaspé par la suite.
007

Anonyme a dit...

Devinez qui est retour? 007 veut mettre du piquant sur votre blogue. Voyons voir... Il lance des vieux ragots.
Bill

Anonyme a dit...

007 de retour. C'est divertissant.
Avez-vous des nouvelles de l'Association in Defence of the Wrongly Convicted? Me semble que ce serait le temps d'accoucher. On devrait en finir une fois pour toute de cette affaire Coffin. Merci
B. Michaud

Anonyme a dit...

Mémère 007 de retour avec son sac à ragots !

Clément Fortin a dit...

007,
Contrairement à ce que vous affirmez, le juge Brossard a abordé les questions que vous soulevez. Bill Baker était très malade et il est décédé de causes naturelles. Il n’y a pas que « ces Baker » qui sont disparus. Je connais des familles entières, des gens honnêtes qui ont quitté la Gaspésie.

Anonyme a dit...

I'm extremely inspired with your writing abilities as well as with the layout for
your blog. Is this a paid subject matter or did you modify it yourself?
Anyway keep up the nice quality writing, it is uncommon to see a great blog like this one today..



Here is my weblog ... girl games, ,